Ex Libris Umbra : le RPG dessous l'histoire de Harry Potter
Bonjour, cher invité !

Tu es ici parce que tu aimes l'univers de Harry Potter et que tu voudrais savoir savoir les coulisses de l'Histoire ?

Voici le contexte... Tu es pendant l'année scolaire 1991-1992...
Et si tu pouvais faire de de grands changements ? Que ferais-tu ?

Artisan de mon sort et de celui de plusieurs...
Où chacune de tes actions ont des conséquences sur toi et sur les autres joueurs.


Ex Libris Umbra, où tu suis les coulisses de l'Histoire...
Et où tu peux aussi la changer.

Merci de t'inscrire sur ce forum RolePlay convivial...
Et de laisser ta trace sur le Livre des Ombres.



 
AccueilPortail personnFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Salle sur Demande - Douce Nuit, Douce Pluie, Doux Refuge

Aller en bas 
AuteurMessage
Rutsuku Fushin
Diable du Carnage
5eme Année

Diable du Carnage  5eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 937
Age : 31
Localisation : Inconnu de la société mais que tout le monde a
Humeur : ...
Date d'inscription : 17/05/2008

Fiche Du Personnage
Race: Humoculus
Pouvoirs: Hacking de Cerveau
Biographie:

MessageSujet: Salle sur Demande - Douce Nuit, Douce Pluie, Doux Refuge   Mer 18 Aoû - 20:42

Précédemment


En ce moment particulier, Rutsuku était vraiment heureux. Pour une fois, il pourrait vraiment répondre à quelqu'un qui lui demanderait son nom, au lieu d'être vague ou ne pas répondre du tout. Peut-être que c'était une base ? Non, c'était sans doute son premier échappatoire de ces ténèbres gluantes et visqueuses, celles dont son esprit était toujours embourbé. Même si ce n'était qu'une faible lueur, elle n'était que d'autant plus précieuse. elle était telle une flamme, qui lui donnait enfin une force de continuer dans ses choix, aussi cruel qu'ils étaient... mais surtout, une force différente de celle du désespoir... Celle qui l'habitait habituellement. C'était vraiment quelque chose de très particulier... De très doux, mais aussi de blessant pour quelqu'un comme l'élève de Serpentard. Mais, qu'importait cette douleur.

Elle lui faisait énormément de bien...

Qu'importait aussi sa culpabilité qu'il ressentait, au fond... Cela n'était pas important, pour l'instant, de penser qu'il ne méritait pas cette gentilesse venant de la part de Sarah. Il voulait vraiment ressentir ce que les autres appelaient bonheur, même s'il savait pertinemment que ce n'était qu'une copie des véritables sentiments... Il n'était qu'un clone, et tout ce qu'il pouvait ressentir en lui n'était que de pâles copies...

"De rien. Je ferais n'importe quoi pour revoir un sourire comme celui-là."

Alors, ça ne sera pas avant très longtemps, se disait l'adolescent rebelle... Quasiment rien ne pourrait lui redonner un tel sourire. Mais qui savait ce qui allait se produire par la suite ? Il ne le savait pas, n'était pas devin, n'avait pas en plus prit Divination en option - à quoi ça servait, si ce n'était que de de faire des approximations d'un avenir complètement irréaliste ? Il avait plutôt prit des matières plus complexes et intéressantes, telles que l'arithmancie et l'étude des runes. Même si, au fond, il se fichait complètement de l'arithmancie, étant complètement désuète. Cependant, l'étude des runes, il l'avait prit pour une seule raison...
La même raison pour laquelle il avait fait des recherches sur Knut le Grand à la bibliothèque...

L'ancien chien de guerre était toujours dans cette bulle de bonheur lorsqu'il ressentit les émotions et les sentiments d'un individu qui approchait... Attend deux secondes... Deux personnes qui s'approchaient ! Bon sang, ils n'auraient vraiment pas la paix. Et, bien évidemment, d'après l'heure qu'il était, c'était...
Rusard et Miss Teigne.
Pétard, ils venaient de le faire mentir, justement maintenant. Cette fois, le sourire avait disparu des lèvres du Diable du Carnage. De plus, son regard était redevenu froid et cruel. S'il était tout seul, il se serait réfugié dans la volière et se serait caché en escaladant les parois extérieures de la tour... Mais pas avec l'Albinos... Sans compter qu'elle avait tout pour se chopper une bonne fièvre. tant pis, il allait devoir le mettre à terre, le temps que la Serdaigle puisse sortir de là.

Tout d'abord, pour commencer, éteindre ce... Ah, la Quatrième Année venait de le faire. Hmm... Ca lui permettait au moins de se focaliser sur Rusard qui approchait de plus en plus. Plus le temps passait, plus l'Humoculus se décidait où se diriger dans leur fuite. Tant pis, il devra ramener Sarah à sa salle commune, et lui se débrouillera comme toujours pour se sortir d'affaire. Ce serait le plus sûr pour elle, tout du moins...

Soudainement, Miss Teigne arriva. Rutsuku ne fit rien, pour l'instant. Mais, lorsque Rusard arriva, il allait lancer un sortilège Doloris - oui, carrément - lorsqu'il remarquât le sourire espiègle de la juvincelle. Ok, il allait la lui laisser, mais il allait s'occuper de cette chatte. Depuis le temps qu'il avait envie de mettre une tannée à ce foutu chat ! Il ouvrit la marche, et alors qu'elle lançait le sort de Conjonctivite...

*Bonne idée, ça... Mais avec ce boucan, ça risque de réveiller pas mal de monde...*

Il en profita pour donner un bon coup de pied au derrière de ce félin désagréable. Dégage donc, sale animal de mes deux ! Puis, il avait monté rapidement les escaliers. Quand il remarqua Sarah près de sa hauteur, il lança sans une seule parole le sortilège Glacius, histoire de glacer un tout petit peu les marches d'escaliers, mais aussi le couloir. Aller, direction, Septième Etage. Ils avaient gagné assez de temps pour que, au moins, l'Albinos puisse rentrer précipitamment dans la salle commune des Aigles Azurés.

Pourtant, ses plans vont se changer en un instant. Sortit de nulle part, une porte apparut. Putain, et ce vieux Cracmol qui allait bientôt les rattraper.

"Pas le temps de chercher à comprendre je pense bien. Là-dedans alors."

Cette fois, Rutsuku était d'accord. Il en profita d'ailleurs pour ouvrir violemment la porte, avec son épaule gauche. Il réprima une grimace de douleur, alors que la porte se refermait derrière l'Albinos. Cependant, toute prudence n'était pas malvenue, il se plaqua à côté d'un pan de la porte, en alerte, prêt à riposter à une venue impropriée.

"Pas un bruit..."

Cette fois, il était bien différent du Rutsuku de tout à l'heure, qui souriait de son nouveau nom... Il était dangereux et en alerte. La baguette levée, près de son visage et de la porte, il scrutait avec attention l'extérieur de la salle, avec son ouïe. Merci ses reflexes de soldats et son boulot illégal pour savoir comment réagir à une telle attaque. Oui, c'était parfois sauvage, même guerrier... mais, n'étaient-ils pas en état de siège ?

Cependant, il n'entendit plus aucun bruit... Comme si... Rusard avait disparu... Mais, il ne baissa pas sa garde pendant une à deux longues minutes. Heureusement que le Serpentard était habitué à une telle pression... Sinon, il aurait déjà sué et pété un fusible. Puis, alors qu'il abaissait sa baguette et la rangeait, il fit :

"Ca devrait être bon..."

Il regarda alors plus en détail la pièce... C'était en fait un assez grand refuge, avec deux lits l'un à l'opposé de l'autre, une table et deux chaises, un perchoir, une large fenêtre qui permettait de voir en détail la Forêt Interdite... Il y avait aussi une pièce annexe, dont Rutsuku imaginait que ça devait être une salle de bain et des wc. Il remarqua alors quelques bibliothèques, avec des ouvrages épais et anciens, ainsi que du matériel pour s'entraîner à des sortilèges. Petite décoration, il y avait une fontaine, avec comme statue un homme pissant - ils auraient pas pu choisir mieux comme décoration, ces abrutis ?... Il remarqua aussi une petit kitchenette avec quelques couverts. Mais, il n'y avait pas de nourriture. Au milieu de la table se trouvait même un jeu d'échec. Enfin, il y avait aussi une commode, avec des vêtements pour se changer...

La salle était envahi par une douce lumière, qui illuminait de façon magique toute la pièce...
C'était... Agréable...

"Zweig m'avait déjà parlé de cette pièce... C'est la Salle sur Demande. Elle prend la forme de ce qu'on a vraiment besoin..."

Peut-être même que... Dans la salle de bain, il y avait une armoire à pharmacie qui permettrait de guérir le poignet cassé de Sarah...
Revenir en haut Aller en bas
http://novaslash.free.fr/sher/
Sarah Mikltov
Cendre de Lune
4eme Année

Cendre de Lune  4eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 192
Age : 26
Date d'inscription : 16/08/2008

Fiche Du Personnage
Race: Humaine.
Pouvoirs: Sixième sens surdéveloppé.
Biographie:

MessageSujet: Re: Salle sur Demande - Douce Nuit, Douce Pluie, Doux Refuge   Mer 18 Aoû - 21:31

Il y avait toujours quelque chose pour casser la bulle, peu importe ce que c'était au final, il y avait toujours une teigne, quelque chose pour venir faire pop ! Et voilà, fini. Sarah regretta amèrement le moment où elle vit le sourire de Rutsuku s'envoler. Saleté de Rusard ! Miss Teigne venait en tout cas de se prendre un sacré coup dans le derrière mais tant mieux au final. Rusard ne put cependant les trouver, probablement s'était-il cassé la gueule à cause du Glacius que Rutsuku avait lancé sur les escaliers. Tant mieux dans un sens, ça leur ferait la paix pendant un moment. Le cœur battant à cause de toute cette adrénaline, Sarah put relaxer seulement une fois derrière les grandes portes noires qui avaient mystérieusement apparut devant eux. Ni elle, ni Rutsuku ne comprit vraiment ce que c'était, toutefois une chose était sûre : c'était le seule cachette plausible.

Échappant donc de justesse à Rusard et Miss Teigne, le duo se cacha derrière cette grande porte imposante. Tenant sa baguette d'une main, l'oreille plaquée contre la porte, Rutsuku fit signe à Sarah de se taire. Elle ne bougea pas, contemplant la salle. Où étaient-ils ? C'était presque comme une petite maison. Finalement, après quelques minutes, le Serpentard laissa tomber l'alerte en lui disant qu'il semblait être partit. Elle sourit, rassurée, avant de ranger sa baguette dans sa robe de sorcière. Elle s'avança un peu plus dans la salle pour remarquer qu'ils étaient dans une pièce qu'elle n'avait jamais vu dans toute sa vie. C'était vraiment beau. Le sol était propre comme s'il venait d'être fait, la salle sentait bon l'air frais et le calme. C'était une sorte de petite chaumière, un refuge réconfortant même pour les plus taciturnes. Un endroit où on pouvait vraiment se relaxer.

C'était pourtant juste une légende, paraissait-il. Au même titre qu'elle, Rutsuku semblait avoir comprit ce que c'était. Cette pièce était la Salle sur Demande. Elle apparaissait à la demande extrême d'une personne en grande nécessité de trouver une salle quelconque ou un objet en particuliers. Ils voulaient beaucoup de choses eux. Ils voulaient prendre un bain chaud, soigner le poignet de Sarah, et échapper à Rusard. Voilà qui faisait un sacré trois pour un ! Parfait combo. Rutsuku confirma ses pensées en disant qu'un certain Zweig lui avait parlé de cette salle, que c'était la Salle sur Demande. Elle prenait l'apparence de ce dont ils avaient le plus besoin. Charmée et émerveillée, Sarah leva les yeux au plafond pour voir les lumières faite uniquement par la magie. C'était chaleureux, accueillant, magnifique. Il faisait bon et elle se sentit donc libre de retirer le manteau vert.

D'un geste lent, elle la posa sur le dossier d'une chaise. La température était bonne. Mais elle avait toujours la mauvaise impression d'avoir froid. Sans doute qu'elle avait attrapée une merde dehors, ou quelque chose dans le genre, ce serait franchement moche. Sarah fit disparaître son auréole et retira ses fausses ailes qu'elle laissa près de la même chaise où elle avait posé la veste de Rutsuku. Voilà qui faisait un drôle de contact. Quelques plumes blanches tombant à côté d'un manteau sombre. Elle contempla les alentours de la salle.

" C'est accueillant… Il y a peut-être de quoi soigner des blessures. J'ai vu ta main ! "

Elle allait sans doute encore le faire chier là, mais c'était un peu voulu. Elle sourit, espiègle, avant de se diriger vers la seconde salle qui semblait évidemment être la salle de bains où il y aurait une pharmacie. Une pharmacie comportant un miroir sur sa couverture et ayant une profondeur étonnamment creuse. Enfin, la magie pouvait faire beaucoup de choses n'est-ce pas ? La Serdaigle se dirigea donc lentement vers cette salle lorsqu'un tournis lui secoua un peu la tête. Elle eu le sentiment que son cerveau venait de faire carrément un spin sur lui-même, whoa ! Minute. Sarah cessa de marcher un instant et posa sa main contre son front avant de soupirer. Elle contempla les lits mais… Non, pas maintenant. Elle voulait le soigner et elle avait besoin de soin aussi. Quoi que, peut-être qu'il ne la laisserait pas faire, mais elle verrait bien selon sa réaction à ses précédents mots.

Sarah ouvrit la pharmacie et prit de quoi guérir une plaie ensanglantée mais aussi des os brisés. C'est en levant accidentellement sa main droite qu'elle remarqua que celle-ci avait un peu bleuie au niveau du poignet. Aïe… sans doute qu'en plus de se péter le poignet, elle avait cassé quelques veines, causant des ecchymoses. Franchement ! Voilà qui n'améliorait pas son cas ! Sarah prit donc ce qu'il fallait avant de retourner dans la salle et de tout poser sur la table. Elle bâilla ensuite, prouvant une certaine fatigue, mais elle ne comptait pas dormir avant d'au moins avoir prit un bon bain chaud. Et puis si Rutsuku ne voulait pas jouer les infirmières, il existait un sort apte de mettre des attelles et des bandages par 'magie' sur un membre brisé. Après, il fallait connaître le sort du Ferula. Elle fixa un instant la table avant de s'essuyer les yeux tel une enfant épuisée.

Comme elle se doutait que de faire les médecins ne plairait pas vraiment à Rutsuku, Sarah décida de s'occuper d'elle toute seule. Néanmoins, elle lui demanderait cette fois la permission de le soigner s'il voulait bien. Elle avait peut-être insinuer qu'elle voulait le faire, mais ce ne serait pas contre son gré néanmoins. La jeune fille sortit quelques bandages et ce qu'il fallait avant de prendre la parole envers Rutsuku encore une fois.

" Tu pourrais aller faire couler l'eau pendant que je me soigne ça ? N'hésite pas sur l'eau chaude, je ne me sens pas très bien… Mais je pense que c'est juste parce que j'ai froid en fait. "

La Serdaigle n'attendit pas sa réponse et entama de soigner sa blessure. C'était assez moche et elle réprima plus d'une grimace de douleur en appliquant les bandages. Ce n'était que sa main, elle ne la tremperait pas pendant qu'elle se laverait, c'est tout. Et de toute manière, ce n'était pas explicitement pour se laver, c'était surtout pour ne pas attraper froid. Mais elle n'aurait rien à mettre ensuite… Elle leva les yeux sur la commode. Il y avait quoi là-dedans ? Sans aucun doute des vêtements. Ils pourraient peut-être s'en servir mais avec son poignet, elle ne pourrait pas fouiller. Elle allait encore devoir demander à Rutsuku… Rha. Elle ne voulait pas le faire chier à tour de bras non plus pour l'aider ! Elle le ferait elle-même. Peut-être avec l'Accio… peut-être…

Tant pis. La jeune fille termina d'envelopper son poignet après avoir mit une attelle de métal pour éviter de le plier inutilement. Elle ne serra pas trop à cause de la douleur causée par ce mouvement. Finalement, elle rangea tout. Elle renifla ensuite et s'essuya le nez de sa manche avant de tousser de façon assez creuse cette fois. Bof, c'était sans doute qu'un petit rhume, ça partirait vite, il n'y avait pas de quoi s'alarmer, non ! Rien de grave. Elle passa sa main valide dans ses cheveux et réalisa soudainement qu'elle ne pourrait soigner Rutsuku avec son poignet immobile comme ça. Niaise ! Tant pis, tant pis. Toussant encore un peu en portant une main devant sa bouche, elle éternua, un éternuement fort mignon et discret. Elle avait froid et referma ses bras sur elle pour le prouver. Sa seule envie était d'aller dans de l'eau chaude là, parce que franchement, c'était désagréable…

" J'ai terminé. J'ai, j'ai laissé les produits ici… Tu pourras t'en servir, si tu veux… "
Revenir en haut Aller en bas
http://requiem-of-fantasy.forumotion.com/forum.htm
Rutsuku Fushin
Diable du Carnage
5eme Année

Diable du Carnage  5eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 937
Age : 31
Localisation : Inconnu de la société mais que tout le monde a
Humeur : ...
Date d'inscription : 17/05/2008

Fiche Du Personnage
Race: Humoculus
Pouvoirs: Hacking de Cerveau
Biographie:

MessageSujet: Re: Salle sur Demande - Douce Nuit, Douce Pluie, Doux Refuge   Mer 18 Aoû - 22:58

Si Rutsuku devait bien avouer quelque chose... C'était beau et agréable. Il n'y avait pas cette froideur qui était omniprésente dans son appartement à Belgravia... Sans doute parce qu'un appartement de quatre étages, pour une seule personne, c'était froid et impersonnel. Mais là, ça n'avait pas du tout de description pour vraiment détailler ce qu'il ressentait actuellement. En fait, c'était comme chaque fois qu'il rentrait dans la maisonnée des Dearborn. C'était étrange comme sensation, mais aussi apaisante. Mais, il ne pouvait, en aucun cas, se reposer un seul instant... Il fallait d'abord s'occuper de Sarah... Mais il devait aussi surveiller au loin la Forêt Interdite, pour vérifier si cette ombre maléfique attaquerait une licorne cette nuit.

D'après l'horloge, il n'était que vingt deux heures... En règle général, si s'il y avait une attaque, ce ne serait pas avant minuit. Le Serpentard avait donc deux heures pour s'occuper de l'Albinos, ce qui serait amplement suffisant. Cependant, ils n'avaient pas mangé et ça ne serait pas du luxe si Hrist venait...

La Serdaigle retira le manteau en tissu vert et en cuir noir sur le dos d'une chaise. Vraiment, le dessus était trempé. Heureusement que ses objets précieux étaient bien à l'abri, dans la partie du cuir imperméable... Elle posa aussi ses ailes. Avec toute cette humidité, ça devait peser bien lourd pour cette jouvencelle. Comme si c'était un problème pour l'Humoculus. Elle n'avait pas demandé de l'aide, pour son costume étrange de Carnaval.

Elle fit alors un commentaire sur la pièce. Oui, il fallait bien avouer qu'elle était accueillante... Mais, hors de question qu'elle le soigne. Avec son poignet, ça ne serait pas des mieux faits. Puis, il préférait le faire lui-même. Par contre, elle avait raison. Le Diable du Carnage ne voulait pas, une fois encore, rejouer les infirmiers. Il était d'une nullité affligante dans ce rôle. Au moins, il avait été meilleur dans cette course poursuite des plus épuisantes. Monter sept étages à pleine vitesse, tout en prenant soin de ne pas perdre la Quatrième Année, et lancer des sortilèges pour pouvoir gagner un peu de temps.
Vraiment, ce Cracmol avait tout fait pour plombé l'ambiance...

Elle revint d'ailleurs, avec quelques bandages, de la pommade et une attèle. Mais, il était persuadé qu'elle s'était choppé un bon rhume. Cependant, dans son état, hors de question de se faire soigner par cette garde-malade.

"Tu pourrais aller faire couler l'eau pendant que je me soigne ça ? N'hésite pas sur l'eau chaude, je ne me sens pas très bien… Mais je pense que c'est juste parce que j'ai froid en fait."
"A mon avis, tu t'es plutôt chopper un rhume... La prochaine fois, fait plus attention à ce qui t'entoure."

C'était toujours de sa voix baryton qu'il avait dit cela. Pourtant, bien qu'elle restait froide et distante, elle l'était moins que d'habitude. Cependant, comme d'habitude, il n'avait pas pu se retenir en disant une remarque qu'elle pouvait très mal prendre. On ne chassait pas le naturel d'un seul coup. Puis, elle n'était pas une Dearborn... Il n'avait pas à surveiller son langage, devant elle... Sans grande conviction, il rentra dans la salle de bain... Au moins, il y avait trois séparations. Une pour la baignoire, une autre pour les wc et la troisième, qui servait d'entrée, permettait d'accéder à un petit lavabo et à l'armoire à pharmacie. Ouvrant la séparation de la baignoire, il vérifia que le bouchon d'évacuation était scellé, avant d'ouvrir à fond le robinet d'eau chaude. Puis, il ignora la fumée, pour aller fouiller dans l'armoire à pharmacie... Il y avait bien quelques fioles et des anti-douleurs. D'ailleurs, sur une d'elle, on pouvait voir que c'était une potion pour soigner le rhume. Parfait pour cette Princesse.

Après d'avoir mit la fiole et les anti-douleurs dans les poches de son pantalon, il enleva distraitement le gant de sa main gauche, histoire de vérifier la bonne température. Même si, évidemment, il faisait une grimace de douleurs à cause de ce fichu pouvoir de psychométrie... Bon sang, vivement qu'il remettait son gant, puisque c'était intolérable... Mais la température semblait bonne, pour que la gamine puisse se prélasser, mais aussi se réchauffer... Distraitement, il ferma le robinet et remit attentivement son gant, avant de quitter la salle.

L'ancien mercenaire remarqua Sarah, les bras croisés et frissonnant. Ha, un peu plus et il souriait sarcastiquement. Cependant, il y avait toujours ce ton neutre qui le caractérisait si bien sur son visage.

"J'ai terminé. J'ai, j'ai laissé les produits ici… Tu pourras t'en servir, si tu veux…"
"Quant à toi, tu peux sauter dans la bagnoire."

Oui, il blaguait cette fois, même si c'était vrai. Le bain était prêt et n'attendait que la Serdaigle. Il la dépassa allégrement, s'enfonçant davantage dans la pièce. Puis, le Cinquième Année prit la veste, ainsi que les plumes, avant de les fixer vers la petite cuisinière, grace à des étendoirs juste à côté. Un peu plus et on se serait dit un couple qui prenait leur quartier ici.
Ridicule...
Jamais il ne sera avec quelqu'un...

"Et il faudra que tu ailles à l'infirmerie demain matin, avant d'aller en cours..."

Réprimant un soupire, il alla voir d'ailleurs la kitchenette... C'était bien ce qu'il pensait. Elle était allumée et produisait un peu de chaleur. Peut-être que ça pourrait tenir toute la nuit. Hmph, qu'importait ! Il allait encore passer une nuit blanche. S'il manquerait du bois, il en mettrait un peu... Enfin, s'il en trouverait. Mais pour l'instant, la température ambiante était bonne... Ce fut alors distraitement qu'il se dirigea vers la commode, pour l'ouvrir. Il y avait une longue chemisette blanche et épaisse pour Sarah, ainsi qu'un gilet simple bleu clair. Il y avait aussi d'autres robes... Mais, pour l'instant, la robe de chambre et le pyjama suffirait. Pour lui, il sortit simplement un pull noir, lui recouvrant tout le corps. Son haut brun était trempé, et ne parlons même pas l'état de son dos. Au moins, il pourrait être un peu au sec. Cependant, pas question de changer son pantalon... Et si elle débarquait pendant qu'il se changeait, hein ?!

Il referma alors la porte de l'armoire, alors qu'il avait dans ses bras la chemisette de nuit, le gilet bleu clair, mais aussi une longue robe de chambre. Il les posa juste à l'entrée de la salle de bain, sans même jeter un coup d'oeil vers elle. Puis, distraitement, Rutsuku prit la parole :

"Tu as des vêtements secs vers l'entrée de la salle de bain... Quand tu as fini, change-toi... Ca sera laid, mais ça sera mieux que de mettre tes vêtements sales et trempés comme une serpière."

S'il ne se recevait pas une nouvelle gifle, Rutsuku allait bien se considérer comme chanceux, cette fois... Sans même demander son reste, il se retira de ce lieu privé dont il n'avait pas le droit de s'y trouver, ni même de poser un oeil. Enfin, il se dirigea vers la fenêtre, avant de siffler légèrement. Oui, il appelait Hrist, pour lui demander d'aller chercher des victuailles. De plus, comme d'habitude, il lui présenta sa main meurtrie pour qu'elle prenne son dû. Mais, il fut surprit lorsque la femelle s'en alla directement, sans même boire de son sang. Est-ce qu'elle était malade ou quoi ?

"Qu'importe..." fit-il entre ses dents, alors qu'il prenait les ustentils pour se soigner...

Distraitement, il commença à désinfecter sa plaie.
Revenir en haut Aller en bas
http://novaslash.free.fr/sher/
Sarah Mikltov
Cendre de Lune
4eme Année

Cendre de Lune  4eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 192
Age : 26
Date d'inscription : 16/08/2008

Fiche Du Personnage
Race: Humaine.
Pouvoirs: Sixième sens surdéveloppé.
Biographie:

MessageSujet: Re: Salle sur Demande - Douce Nuit, Douce Pluie, Doux Refuge   Jeu 19 Aoû - 13:16

Selon Rutsuku, Sarah devait s'être chopé un rhume. Elle ne savait pas si c'était le cas mais une chose était sûre, elle ne se sentait pas très bien et voulait se reposer rapidement. Il lui demanda de faire gaffe à ce qui l'entourait la prochaine fois mais Sarah semblait ailleurs si bien qu'elle se contenta d'hocher respectueusement de la tête comme si elle était entrain de se faire sermonner. La jeune femme l'écouta partir vers la salle de bains. Il ouvrit la séparation menant à la baignoire pour ouvrir l'eau à une chaleur extrême, réprimant même l'envie d'ouvrir le robinet d'eau froide. Une fumée vague s'échappa de l'eau bouillante alors qu'elle coulait toujours. Sarah l'entendit fouiller dans une armoire mais elle ne prêta pas beaucoup d'attention. Ses maux de têtes étaient terribles. Sans doute que d'aller dans de l'eau chaude ne lui ferait que du bien. Elle ne pouvait pas nier ce fait…

Lorsque Rutsuku revint pour lui annoncer qu'elle pouvait maintenant 'sauter' dans la baignoire, elle le remercia d'un signe de sa tête et d'un sourire discret. Elle commença à se diriger vers la salle de bains quand elle entendit Rutsuku lui dire qu'elle ferait mieux d'aller à l'infirmerie le lendemain avant de se rendre à ses cours. Elle arrêta de marcher et tourna la tête pour le regarder par-dessus son épaule mais voilà qu'il était déjà partit vers la kitchenette pour y suspendre son manteau et les fausses ailes de la jeune fille, pour les faire sécher. Elle avait la vague impression qu'il s'inquiétait pour elle mais… ce n'était sans doute qu'une impression. Elle se contenta donc de continuer son chemin vers la salle de bains, où la chaleur avait déjà fait un peu son règne. A cause de l'eau chaude, il faisait évidemment très chaud dans la pièce. Mais ça ne gênait pas Sarah pour autant.

" Je ne serai pas trop longue. Merci. "

La Serdaigle ferma la porte, mais pas entièrement, question qu'il ne fasse pas trop chaud non plus. Elle laissa une maigre ouverture avant d'ouvrir la séparation menant à la baignoire. Elle toucha l'eau et réprima une grimace. Whoa putain ! C'était archi chaud. Mais bon ce n'était pas trop grave, elle s'habituerait à la température. Vérifiant à ne pas se blesser le poignet davantage, Sarah retira sa robe qui tomba le long de son corps en une chute blanche souillée de terre. Le plancher serait sale mais bon, tant pis hein ? Ses cheveux avaient aussi besoin d'un bon lavage donc elle ne chercha pas à les attacher pour éviter qu'ils ne se mouillent. Elle se risqua donc à entrer dans l'eau malgré la température exagérément élevée. Elle avait dit chaud, OK, mais peut-être pas à ce point !! Oh bref. Elle se glissa donc dans l'eau, ignorant la chaleur piquante de l'eau.

Elle s'y habituerait, voilà quoi. Une fois dans l'eau, elle se laissa glisser sous la surface en prenant une inspiration. Une fois submergé par l'eau, elle garda les yeux fermés et se mit à réfléchir. Sarah se concentra sur son souffle pour éviter qu'il ne s'envole, elle devait focaliser, retenir sa respiration. Dans quoi diable se retrouvait-elle donc ? Peut-être devrait-elle en parler à ses parents… eux auraient peut-être la répondre… Généralement, ils étaient d'excellents conseillés.

Sarah immergea après quelques secondes à peine avec une drôle d'impression. Complètement trempée, elle soupira en s'adossant contre le bord de la baignoire. Elle fixa droit devant elle lorsqu'elle entendit Rutsuku se rapprocher. Elle tourna la tête vers la porte et l'écouta lui dire qu'elle aurait des vêtements à l'entrée, propre et sec. Ce ne serait pas très chic mais ce serait mieux que de mettre des vêtements qui lui donnait l'air d'une serpillière. Sarah réprima un rire avant de le remercier et de l'entendre partir lentement. Elle se fichait un peu de l'avoir entendu dire qu'elle avait l'air d'une serpillière. Tant que sa robe pouvait être nettoyer ensuite. Elle était superbe et avait été faite sur mesure à la demande de Sarah. Ah ! Oui, Rutsuku avait eu de la chance car Sarah n'était pas sortit du bain pour aller lui donner une gifle. Non pas cette fois, il ne la méritait pas.

D'ailleurs… elle songea à s'excuser pour cette claque, plus tôt, mais bon. Trop tard un peu mine de rien. Prenant du shampooing aromatisé aux amandes et à la vanille, Sarah se lava proprement les cheveux, avant de les rincer en s'immergeant une nouvelle fois sous l'eau. Elle faisait toujours attention à ne pas tremper son poignet. Elle resta au moins pendant une vingtaine de minutes dans l'eau, jusqu'à avoir trop chaud. Retirant le bouchon d'évacuation pour vider le contenu de la baignoire, elle se leva avant de prendre une serviette avec laquelle elle essuya ses cheveux et une autre pour sécher son corps. Avec des cheveux aussi longs, une seule serviette n'était pas suffisante pour les deux. Elle regarda les vêtements qu'il avait apporté avant de les enfiler. Ils étaient confortables, chauds, c'était parfait. Sarah sortit de la salle avec sa baguette à la main.

" Ça fait un bien fou… Oh, tu t'es soigné finalement ? "

Elle sourit, visiblement heureuse de constater ce fait. A l'aide de sa baguette, Sarah lança un sort silencieux sur ses cheveux. Ceux-ci se mirent alors à se tresser d'eux-mêmes en une belle et fine tresse tombant contre son épaule, au devant de celle-ci. La Serdaigle rangea ensuite sa baguette pour se diriger vers la grande fenêtre. Elle était ouverte, pourtant elle était fermée avant qu'elle ne se rende dans la salle de bains… elle se souvint avoir entendu Rutsuku siffler. Avait-il appelé Hrist ? La Quatrième Année contempla un instant la fenêtre avant de ressentir les effets désagréables de la fatigue. Ses yeux piquaient un peu. Elle les frotta de sa main valide avant de contempler l'extérieur un peu plus longtemps. Il faisait bon, l'air était doux. Il avait cessé de pleuvoir et Sarah huma l'air. Elle aimait beaucoup l'odeur humide de l'herbe après la pluie.

Après un instant de silence, Sarah frotta son front, comme s'il était douloureux, avant de vérifier que son bandage était toujours correctement installé sur son poignet. Suffisamment serré mais pas trop. Impeccable. Elle n'avait pas très faim en vérité et se serait bien coucher maintenant, mais elle voulait attendre de voir ce que Rutsuku comptait faire. Peut-être avait-il prévu quelque chose. Mais avant, Sarah s'excusa soudainement. Baissant platement la tête comme une petite fille coupable, elle prit la parole de sa petite voix fluette, cherchant les bons mots pour demander pardon.

" Je suis désolée de t'avoir giflé à la volière. Ce n'était pas voulu… Je me suis emportée. "
Revenir en haut Aller en bas
http://requiem-of-fantasy.forumotion.com/forum.htm
Rutsuku Fushin
Diable du Carnage
5eme Année

Diable du Carnage  5eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 937
Age : 31
Localisation : Inconnu de la société mais que tout le monde a
Humeur : ...
Date d'inscription : 17/05/2008

Fiche Du Personnage
Race: Humoculus
Pouvoirs: Hacking de Cerveau
Biographie:

MessageSujet: Re: Salle sur Demande - Douce Nuit, Douce Pluie, Doux Refuge   Jeu 19 Aoû - 20:59

Sarah aurait une bien désagréable surprise lorsqu'elle toucherait l'eau. Bien évidemment, Rutsuku lui avait joué un tour, en ne laissant ouvert que le robinet d'eau chaude, tout en réprimant l'idée de ne pas ouvrir celui d'eau froide. Mais surtout... Il avait du mal à sentir la chaleur avec sa main gauche, à cause de ses récentes brûlures dûes à cette explosion. Il devait encore attendre quelques semaines, avant de bien ressentir, de nouveau, les sensations de températures. Pourtant, ça ne l'empêchait pas de subir, lorsqu'il touchait un objet sans ses gants, les effets pervers de sa psychométrie. Bah, si elle avait trop chaud, elle modifierait elle-même la température de ce bain. Et non, il ne l'avait pas rendu moussant, ni même mis un quelconque parfum. Il ne fallait tout de même pas abuser sur ce point. Les trucs à l'eau de rose, ça ne lui allait pas du tout !

Cependant, la Serdaigle n'était pas la seule à se poser des questions, quand elle était dans son bain. L'adolescent rebelle aussi se cassait la tête, tout en réprimant l'idée de se retrouver un jour, en la compagnie de l'Albinos, en tant que deux amoureux. Ca n'allait pas la tête ! Il ne sortirait avec personne ! Merde ! Et son cauchemar ? Il ne fallait pas qu'il l'oublie, mine de rien ! Non, mais, oh ! Pourquoi il l'oublierait, alors qu'il ne voulait pas être replongé, une fois encore, dans le tourment le plus complet. Bien sûr, il n'avait pas, même jamais, abandonné de porter sa lourde croix sur ses frèles épaules. Mais, il voulait tout de même garder cette faible lumière que la Quatrième Année venait de lui apporter sur un plateau d'argent...

Oui, maintenant, il avait une identité qu'il pourrait dire fièrement.
Rutsuku Fushin...
Un nom qui lui allait parfaitement.

Le clone essayait de se souvenir comment, en premier lieu, il avait décidé de prendre ce nom, pour ses études. Rutsuku, parce qu'il y avait une base cachée sur son vrai nom, cette identité qu'il ne pourrait, au grand jamais, révéler au monde entier. Fushin, uniquement parce que ça faisait un lien avec le vent, cet élément qu'il appréçiait plus que les autres... Le vent était simplement appaisant, bien qu'imprévisible. Il était aussi vital, mais peu s'en rendait compte... telle une ombre que beaucoup ne l'imaginait pas.
Ce n'était que lorsque cette filette lui avait dit que ça voulait aussi dire Tourment et Peine, qu'il avait décidé que cela lui allait parfaitement.

Oui... Il était envahi par des tourments d'une noirceur infinie, et d'une peine lourde, qui valait celle capitale. Pourtant, l'ancien chien de guerre ne pouvait pas mourir... Non, il ne devait pas mourir... Pas avant d'avoir réalisé quelque chose.
Peut-être que...
S'il s'attachait tant à cette gamine, sans doute parce qu'il savait que...
Il n'y survivrait pas ?

Le Diable du Carnage arrêta de se soigner quelques instants, perdu dans ses pensées. Oui, il avait toutes les chances de manger les pissenlits par la racine s'il continuait... Pourtant, il l'avait promi et il tiendrait ses promesses jusqu'au bout. Mais, qui s'occuperait des vieux Dearborn ? Qui se soucierait d'eux ? Personne ne les avait soutenu lorsque Caradoc avait disparu du monde de la lumière... Ils avaient du vivre leur deuil seuls... Et ce n'était que maintenant, que leur petit-fils paricide était arrivé - petit-fils puisqu'ils le considéraient comme tel - qu'ils arrivaient enfin à tourner la page.
Et si le Serpentard mourait...
Qu'est-ce qui allait leur arriver ?

Non !!! Ylda et Amerawdwr ne méritaient pas cela... Ils étaient les seuls à les avoir accueilli avec bonheur, Caradoc et lui.
Ils ne devaient plus être envahi par la tristesse et le chagrin.

Il venait tout juste de terminer de bander sa main meurtrie lorsqu'elle sortit de la salle de bain. Finalement, elle était bien mieux ainsi qu'avec sa tenue salle qui la rendait telle une serpière usagée depuis des années. Cependant, l'Humoculus était toujours aussi insensible aux charmes de cette petite... En même temps, il ne cherchait absolument pas à être avec elle... malgré que la chemise de nuit lui allait un peu plus bas que la moitié des cuisses...

"Ça fait un bien fou… Oh, tu t'es soigné finalement ?"
"Sinon, tu allais encore me casser les oreilles avec ça... J'ai préféré prévenir une perforation des tympans."

Comme d'habitude, il avait répondu directement, et bien évidemment d'une manière assez... cynique, autant le dire. Que peut-être, cela méritait, une fois encore une baffe de la part de la juvincelle ? Déjà qu'il avait échappé à la claque tout à l'heure, alors qu'elle était dans le bain. Là, c'était comme s'il cherchait délibérément à la provoquer. Pourtant, elle avait du comprendre, dans le temps, qu'il était toujours ainsi ? C'était son naturel, son état d'esprit. Il n'allait tout de même pas changer à cause de ses yeux rouges, tout de même ?

Il se redressa alors. Il avait oublié de poser le pot d'antidouleurs et la bouteille contre le rhume sur la table. Heureusement d'ailleurs que cette dernière ne s'était pas cassée. Rutsuku se serait mal vu de préparer une potion pour ça. Sans compter qu'il fallait tout d'abord les ingrédiens pour cela... Puis, si il devait être malade... Il y aurait toutes les chances qu'il vomisse dans sa préparation... Lorsqu'il passât à côté de la table, il les posa, et se dirigea ensuite vers sa veste. Oui, cette fois, il n'en pouvait plus. Il sortait carrément son paquet de cigarette et osa fumer dans cette pièce. Cependant, quand il se retourna...

Elle s'excusa.
Elle ne pouvait pas éviter de le faire. Puis, surtout pour une gifle ? La seule chose de bien qu'il y avait eu, c'était qu'il avait pu se retenir de l'étriper quand il l'avait fait. Mais, bon sang, que c'était dur, ce truc ! Foutu instinct à la con qui se manifestait toujours quand quelqu'un l'agressait, même pour une simple caresse sur sa joue.
Parlant de joue...

Le pansement qu'il lui avait appliqué se décollait peu à peu, à cause de l'eau. Bien évidemment, elle n'avait pas pensé à sa griffure profonde. C'était génial, sa journée... Une joue meurtire, un poignet cassé et un rhume. Si elle était adulte, il était persuadé qu'elle aurait prit un congé maladie...

"Et pourquoi tu t'excuses pour quelque chose de déjà fait ? Tss... Je ne suis pas le genre qui regarde derrière soi pour entretenir de vieilles rancunes qui n'ont pas lieu d'être.
Et la prochaine fois, évite de t'excuser... Ca a le don de m'irriter."


Tenant toujours la cigarette entre ses lèvres, il se rapprocha d'elle. Heureusement qu'elle était près de la table, le Serpentard allait pouvoir faire son sale tour, une fois encore...

"Maintenant, tu redresses la tête et t'ouvres la bouche."

Mais, si elle faisait ce qu'il venait de lui dire... Elle aurait la désagréable surprise de voir qu'il verserait tout le contenu de la bouteille pour le rhume, dans son orifice buccal. Il ne devait plus voir, si sentir une seule de ces gouttes de boissons modifiées. Vraiment, ça le rendait malade, rien que d'y voir !
Sans compter qu'avec cette dose, ce rhume partirait le lendemain à coup sûr !
Revenir en haut Aller en bas
http://novaslash.free.fr/sher/
Sarah Mikltov
Cendre de Lune
4eme Année

Cendre de Lune  4eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 192
Age : 26
Date d'inscription : 16/08/2008

Fiche Du Personnage
Race: Humaine.
Pouvoirs: Sixième sens surdéveloppé.
Biographie:

MessageSujet: Re: Salle sur Demande - Douce Nuit, Douce Pluie, Doux Refuge   Ven 20 Aoû - 10:47

Dehors, il ne pleuvait plus déjà. Sarah remarqua ce fait alors qu'elle était sur la pointe des pieds, entrain de contempler l'extérieur et d'humer la fraîche odeur de l'herbe mouillée. Mais elle aimait bien aussi l'arôme du gazon qu'on venait de couper par exemple. Les petits plaisirs de la vie, c'était des choses dont Sarah avait l'habitude de jouir, et rares étaient les personnes qui le faisaient vraiment. Enfin bon, maintenant toutefois, le seul plaisir donc elle se permettrait de profiter, ce serait le sommeil. L'adolescente venait de revenir d'une bonne douche réconfortante et chaude à souhait, ce qui lui permit de reprendre ses esprits et de se sentir mieux. Mais pour éviter d'avoir lui-même à souffrir de la voix de cette petite "princesse", Rutsuku s'était déjà soigné et répondit à Sarah en lui disant qu'il l'avait fait pour éviter de se retrouver avec les tympans explosés.

Que c'était gentil, pensa-t-elle avec pur sarcasme. Elle sourit en haussant les épaules simplement. Qu'en avait-elle à faire de toute façon, des raisons qui l'avait poussé à se soigner ? Il était soigné et c'était là l'important pour elle. Alors qu'elle regardait toujours par la fenêtre à attendre que Hrist revienne, la Serdaigle entendit Rutsuku fouiller dans son manteau. C'est en entendant le déclic caractéristique d'un briquet qu'elle tourna la tête. Elle n'aimait pas beaucoup la cigarette… dans sa tête, c'était inutile, cancérigène, et ça sentait mauvais. Certes, elle ouvrit la bouche pour parler mais retint ses commentaires. Avec le peu de temps qu'elle avait passé en sa compagnie, elle savait déjà qu'il allait l'envoyer balader si jamais elle passait un commentaire à ce sujet, lui rétorquant sans doute qu'il s'en foutait totalement ou encore que ce n'était pas de ses affaires.

Rutsuku lui demanda alors pourquoi elle s'excusait. Lui n'en avait rien à faire. C'était passé maintenant et il n'était pas du genre à remuer les vieilles rancunes. Peut-être mais au moins, elle se sentait mieux de s'être excusée. Alors si lui s'en fichait, elle, ça lui faisait du bien. Néanmoins, le Serpentard lui demanda de ne pas s'excuser, non plus précisément, de ne plus s'excuser. Ça avait le don de l'énerver. Sarah ne comprit pas mais elle se contenta d'hocher affirmativement de la tête en faisant une moue incrédule. OK, s'il le disait, elle le croyait…

La jeune fille se rapprocha de la table pour voir ce qu'il y avait posé. Une potion contre le rhume et des anti-douleurs. Elle devina que le premier était pour elle mais les anti-douleurs devaient probablement être pour lui puisqu'elle n'avait pas nécessairement mal… enfin, avec un poignet cassé, la nuit risquait d'être pénible, donc peut-être que ce ne serait pas si méchant comme idée de prendre un cachet. Rutsuku s'approcha en lui demandant alors de lever la tête et d'ouvrir la bouche. Surprise, elle le regarda d'un air suspect, l'air de lui demander pourquoi diable il voulait qu'elle fasse ça. Non, elle ne le ferait pas, elle n'était pas si bête ! Rha. Surtout que de demander ça comme ça, ça empestait le mauvais tour à plein nez. Décidée, Sarah secoua négativement la tête. Elle s'était prit assez de coups vaches à l'école pour ne pas se faire prendre.

" Pourquoi ? C'est trop étrange que tu me dises ça comme ça pour que je le fasse. "

Et voilà pour toi ! Qu'aurait penser plusieurs personnes. De toute façon, elle se rendait compte qu'il semblait mal à l'aise à cause de cette unique petite bouteille, il l'avait dévisagé une ou deux fois. Sarah tourna son regard vers le contenu et remarqua que c'était une sorte de sirop contre la toux mais version magique. Elle le prit et se dirigea vers la salle de bains. Sarah ne comptait pas en boire tout le contenu puisque ce serait déconseillé. Evitons quand même de faire une surdose ! Surtout que c'était une potion magique donc elle préférait quand même faire attention en manipulant ça. Après avoir lu l'étiquette qui entourait son contenant, elle en prit juste suffisamment pour soigner son rhume, avant de le ranger. Voilà, comme ça, pas de vacherie en cachettes, et Rutsuku pourrait arrêter d'avoir des envies de vomir juste en contemplant une vulgaire potion en pot circulaire.

Evidemment qu'elle ne pouvait pas saisir. Il ne lui expliquait rien du tout. Pieds nus, elle revint tranquillement dans la pièce avec le goût désagréable de cette potion dans la gorge. L'arrière-goût n'était pas très invitant ! Il ne donnait guère envie d'y revenir. Malgré tout, Sarah ne grimaça pas et se contenta d'attendre que ce goût s'en aille. Retournant près de la fenêtre contre laquelle elle s'accouda pour contempler l'extérieur, Sarah laissa un bâillement parvenir à ses lèvres. Elle s'étira en levant les bras vers le plafond avant de se pencher un peu sur la fenêtre pour remarquer qu'ils étaient… vraiment haut ! Ah oui, le septième étage… Sarah n'avait pas le vertige mais elle n'aima pas beaucoup cette sensation de hauteur. Elle reposa ses pieds à terre avant de contempler le ciel et ses étoiles. En astronomie, tous les mercredi, elle apprenait à nommer les étoiles.

La Serdaigle se souvint alors du doux sifflement qu'avait émit le Cinquième Année alors qu'elle était dans le bain. Oui, il avait appelé Hrist, comme dans la volière, alors qu'il se cachait encore sous ce masque doré. La jeune fille se demanda pourquoi il l'avait appelé puisqu'elle n'était pas dans la pièce et qu'elle ne la voyait pas à l'horizon. Enfin, il faisait noir en même temps donc c'était peut-être normal qu'elle ne puisse l'apercevoir.

" Hrist va revenir bientôt ? "

Sarah sourit en tournant son regard brillant vers Rutsuku, espérant qu'il réponde par l'affirmative. Elle était fatiguée et ne tiendrait peut-être pas très longtemps encore réveillée, mais elle voulait volontiers revoir Hrist. Ce magnifique aigle était vraiment surprenant et la revoir ne la gênerait pas du tout. Surtout que le volatile ne semblait pas trop se déplaire en la présence de la jeune fille, alors c'était réciproque, peut-être qu'elle aussi serait volontiers prête à la revoir. Elle avait comme sentit un étrange lien d'amitié se filtrer entre elles dans la volière, alors qu'elle acceptait volontiers de se laisser cajoler par cette petite angélique personne. Angel de son pseudo, Sarah inspirait en effet un ange mais… elle n'en était pas un. Du moins, pas qu'elle sache.

Pivotant sur ses talons, Sarah se dirigea vers un des lits, le premier à sa porter, et grimpa dessus. Le matelas moelleux donnait envie de s'y coucher. Mais elle se contenta de redresser l'oreiller pour l'apposer contre le mur et elle s'adossa contre celui-ci. Elle regarda un moment ses jambes, un peu lunatique. Ce sacré produit contre le rhume était entrain de la faire dormir debout ! Saleté. C'était toujours comme ça avec les médicaments, que ce soit de nature Moldu ou sorcier. Sarah porta une main devant ses lèvres en sentant qu'elle bâillait une nouvelle fois, sans quitter la fenêtre des yeux. Elle finit par contempler les alentours et une drôle d'idée lui traversa la tête. Elle avait comprit que dans un sens, elle jouait un rôle dans la vie de Rutsuku et donc, maintenant, il ne pourrait pas vraiment la chasser comme ça. Sarah entreprit donc d'expliquer cette drôle d'imagerie.

" Ça pourrait devenir notre refuge, cet endroit, tu en penses quoi ? Moi je trouve ça vraiment joli. C'est chaleureux et personne ne peut venir nous embêter. Si on a envie de s'exclure, on peut venir ici. Moi en tout cas, je reviendrai sûrement. "

Il ne fallait pas prendre dans le mauvais sens ce qu'elle disait, évidemment. Elle ne parlait pas comme s'ils étaient un couple se cachant de la société dans le genre de Roméo et Juliette… Nah, franchement non. Et puis de toute façon, Sarah ne connaissait pas encore l'art de cette affection compliquée. L'amour, qu'est-ce que c'était franchement ? Elle savait ce que c'était mais au niveau de l'expérience, c'était zéro pour elle. Mais comme avait dit sa mère, le temps décidera du moment.
Revenir en haut Aller en bas
http://requiem-of-fantasy.forumotion.com/forum.htm
Rutsuku Fushin
Diable du Carnage
5eme Année

Diable du Carnage  5eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 937
Age : 31
Localisation : Inconnu de la société mais que tout le monde a
Humeur : ...
Date d'inscription : 17/05/2008

Fiche Du Personnage
Race: Humoculus
Pouvoirs: Hacking de Cerveau
Biographie:

MessageSujet: Re: Salle sur Demande - Douce Nuit, Douce Pluie, Doux Refuge   Ven 20 Aoû - 12:41

Cigarette à la bouche, Rutsuku savourait enfin un certain silence. Au moins, il ne pleuvait plus, ils étaient en sécurité ici, sans compter que c'était agréable. Un petit paradis ? Non, pas tellement, mais un lieu idéal pour se reposer et pour passer un peu le temps. Sans compter qu'il était idéal pour observer avec attention la Forêt Interdite. Qu'importait alors si Sarah n'aimait pas la fumée de cigarette. C'était la seule chose qui calmait les nerfs et qui le réveillait un peu. Oui, c'était cancérigène, et alors ? De toute manières, il n'avait pas beaucoup de temps à vivre, alors autant le faire en faisant ce qu'on voulait et ce qu'on devait faire. Il était vrai qu'il dépensait de l'argent, qui partait en fumée, et alors ? Ca avait au moins un effet bénéfique sur lui... Surtout en ce moment, où les temps étaient durs.

Bien évidemment, heureusement qu'il avait sa sucette à cancer dans la bouche lorsqu'elle lui présenta des excuses. Ca avait pu reposer sa soudaine colère. Oui, il détestait les excuses, parce que ça ne servait à rien. Il y avait des milliers d'autres façons de prouver qu'on regrettait son geste, et de façon bien plus utile qu'un simple mot. C'était de la perte de temps inutile, sans compter que c'était en plus de l'utilisation de salive pour que dalle. Sans compter... Si on se faisait pardonner en faisant un geste apprécié à cette personne dont on cherche le pardon, c'était davantage gratifiant, pour le pécheur et le péché...
Comment pouvait-il garder rancune contre elle actuellement, alors qu'elle lui avait donné un nom ? Comment pouvait-elle oser demander de se faire pardonner, alors qu'elle avait fait quelque chose de précieux pour lui ? Vraiment, le Cinquième Année ne comprenait absolument pas cette Albinos.

Mais, lorsqu'il lui demanda de redresser la tête et d'ouvrir la bouche, elle fit ouvertement :

"Pourquoi ? C'est trop étrange que tu me dises ça comme ça pour que je le fasse."

Et merde ! L'Humoculus n'allait pas pouvoir faire son sale coup. Alors, qu'il ne voye plus du tout cette bouteille ! Ca le rendait d'humeur massacrante ! Bien évidemment, elle ne comprendrait pas, surtout si lui devait expliquer cela. Il n'était pas capable d'expliquer ce jour maudit... Il n'était pas capable de dire qu'il avait du manger sa propre chaire, alors qu'on le torturait violemment... Il était incapable d'avouer que, comme seul repas, c'était un potage mitonné avec sa peau... Il était incapable de révéler qu'on avait même forcé son père de bouffer cette soupe infâme...

Tout cela était... indescriptible... Mais cela lui avait toujours laissé des séquelles psychologiques... Il était incapable de soutenir la vue d'un morceau de viande ou de poisson... Il ne pouvait pas sentir un seul plat préparé, froid ou chaud... Il n'arrivait même pas à soutenir le regard d'un seul brevage, potion ou simple boisson...
Quand les rares fois, il avait préparé des potions - surtout à Durmstrang - il avait un masque à oxygène sur son visage et il prenait difficilement sur lui quand il coupait les ingrédiens... Bien évidemment, après le cours, il se précipitait aux toilettes pour vomir...

Finalement, elle avait prit la bouteille de ses mains et était partie dans la salle de bain. Bon, heureusement que le Diable du Carnage ne la voyait plus. Il pouvait davantage se relaxer. Est-ce que la Serdaigle avait vu qu'il était mal à l'aise à cause de ça ou... ? Qu'importait, de toute façon... Il ne voyait plus cette horreur de ses yeux émeraudes. Enfin, après quelques instants, elle en ressortit, les oreilles fumants un peu. Ah oui... C'est vrai que cette potion faisait toujours ça...

"T'aurais pu aussi changer le pansement sur ta joue... Il commence à se décoller."

Enfin, la Princesse se dirigea, une nouvelle fois, vers la fenêtre. Du temps qu'il aurait ce poste de garde pour minuit, ça sera parfait... Sinon, il la forcerait d'aller se coucher. L'ancien chien de guerre plia alors son bras droit vers sa bouche pour... Deux minutes ! Normalement, il était encore sous attele. Gardant la cigarette entre ses dents, tout en mordant le filtre, il redressa sa manche. Bon sang, il n'avait pas fait attention lorsqu'il avait changé son pull. Il avait cassé l'attèle en bois, lors de la course-poursuite avec Rusard.

Réprimant un soupire, il défit les bandages et enleva les baguettes. Ca ne lui servait maintenant plus à rien, puisque ça avait guéri... Merci les vieux Dearborn, même s'il avait souffert le martyr ! Instinctivement, il plia plusieurs fois le coude... Non, il n'avait plus rien. Il ne ressentait plus de douleurs. Heureusement, d'un autre côté. Comme quoi, quand on était baigné dans un produit guérisseur pendant plusieurs jours, ça pouvait guérir.

"Hrist va revenir bientôt ?"

Ca, l'adolescent rebelle ne pouvait le dire. Il l'avait envoyé chercher de la nourriture dans les cuisines, ou même à Pré-au-Lard, ça dépendait selon son humeur. Puis, elle ramenait ses trouvailles. Une des raisons aussi pourquoi il avait voulu Hrist, ce n'était pas son prix... L'ancien propriétaire le lui avait donné gratuitement, tellement que la femelle lui faisait peur... Mais parce qu'elle pouvait supporter de grosses charges. Il n'était pas rare qu'elle puisse transporter plus du double de son poids, soit plus de seize kilos, tout de même !

Sarah daigna enfin quitter la croisée et se diriger sur le lit. Lui avait prit la place vers la fenêtre, histoire de vérifier si il n'y avait pas d'anormalité vers la Forêt Interdite. Mais aussi, pour jeter sa fumée cancérigène directement à l'extérieur. Enfin, il pourrait mieux entendre l'extérieur, quand l'aigle royal noir reviendrait. le Serpentard était constamment sérieux, son regard toujours aussi froid... Mais il était plus calme, moins en alerte, moins méfiant qu'avant...

"Ça pourrait devenir notre refuge, cet endroit, tu en penses quoi ? Moi je trouve ça vraiment joli. C'est chaleureux et personne ne peut venir nous embêter. Si on a envie de s'exclure, on peut venir ici. Moi en tout cas, je reviendrai sûrement."
"Zweig m'a dit que, si une personne se trouvait dans la salle, personne d'autres ne pourraient rentrer... Mais bon, faut dire qu'il s'en fichait complètement de cette pièce... Donc, peut-être que c'est faux..."

Sa cigarette étant terminée, le clone sortit son cendrier portatif et écrasa sa sucette à cancer dedans. Puis, il la rangea distraitement. Soudainement, un battement d'ailes familier lui arriva aux oreilles. Enfin, le rapace revenait. D'ailleurs, même pas dix secondes plus tard, il tendit son bras et l'aigle royal arriva, se posant parfaitement. Le propriétaire profita alors de caresser pendant quelques secondes la tête de l'animal, histoire de la remercier. Puis, il la déchargea de son colis à la patte. C'est sûr, il y en avait plus que d'habitude...

Alors que Hrist alla vers Sarah pour se faire cajoler, il se dirigea vers la table et voir ce cette première avait ramené :

"Surtout qu'il faudrait vraiment te muscler un peu, pour éviter de nouveau de te faire agresser..."

D'accord, Rutsuku venait de lui dire clairement qu'elle était incapable de se défendre, surtout avec ce qui s'était passé avec les Serpentards. Mais, en même temps, ça ne voulait-il pas dire qu'il était capable de passer un peu plus de temps ensemble ? Surtout que dans cette pièce, il y avait bien un coin entraînement, avec des mannequins et des livres de sortilèges...
Bien évidemment, il l'aiderait un peu... Hors de question qu'elle continue encore à subir des brimades de ces idiots de Serpents. Seul lui en avait le droit, et uniquement dans ses sarcasmes.

Deux secondes...
Pourquoi se persuadait-il de ce fait ? Vraiment, le clone devenait de plus en plus débile lorsque Sarah était à côté de lui. Mais, il lui devait bien cela... Elle lui avait offert...
Sa nouvelle identité...

Distraitement, il lança une pomme verte vers Sarah. Puis, il fit :

"Même si tu crèves de sommeil, il faut déjà que tu avales quelque chose... Sinon, tu vas faire un gros boucan cette nuit..."

Sentant le regard de reproche du volatile, il jeta un bout de viande crue en l'air. L'aigle l'attrapa en plein vol, entre son bec. Puis, la femelle alla vers le perchoir, dégustant son tendre morceau de bavette saignant. Tandis que lui, il épluchait une clémentine... L'ancien mercenaire remarqua qu'il y avait aussi une bouteille de lait, ainsi qu'un peu de miel et... Rien que voir ce morceau de pain, ça le rendait malade !
Intérieurement, il pestait contre ce fichu oiseau !
Revenir en haut Aller en bas
http://novaslash.free.fr/sher/
Sarah Mikltov
Cendre de Lune
4eme Année

Cendre de Lune  4eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 192
Age : 26
Date d'inscription : 16/08/2008

Fiche Du Personnage
Race: Humaine.
Pouvoirs: Sixième sens surdéveloppé.
Biographie:

MessageSujet: Re: Salle sur Demande - Douce Nuit, Douce Pluie, Doux Refuge   Ven 27 Aoû - 12:31

Avec le même tact qu'à son habitude, donc tout simplement pas du tout, Rutsuku annonça à Sarah qu'elle aurait put changer le pansement de sa joue car celui-ci commençait à se décoller. Sarah porta une main vers la joue en question et sentit le contact mouillé du pansement qui était maintenant inutile. Ah oui, en plongeant la tête sous l'eau, elle n'avait pas réfléchit. Elle le décolla d'un coup sec pour pouvoir aller le jeter et peut-être songer à le changer. Elle ne le fit pas maintenant toutefois et se contenta de faire disparaitre la boule humide qu'était maintenant devenu le pansement entre ses doigts. Sa coupure était encore fraiche après tout, il ne fallait pas trop longuement la découvrir. Elle pourrait toujours s'en occuper toute seule de toute manière. Elle avait bien comprit que jouer les nurses, ce n'était pas nécessairement dans les passe-temps numéro un de ce cher Fushin.

Rutsuku lui parla une seconde fois de ce fameux Zweig. C'était un personnage que Sarah ne connaissait pas, bien que Rutsuku en parlait comme si tous devrait forcément le reconnaitre. Elle ne posait pas de questions. C'était visiblement une personne qui était venu à Poudlard, puisqu'il avait dit à Rutsuku que cette salle était inaccessible si une personne se trouvait déjà dedans. Mais comme il se fichait pas mal de cette salle, peut-être était-ce faux. Sarah songea à quelque chose mais elle n'eu pas le temps de lui dire qu'un battement d'aile lourd se fit entendre. Elle tourna la tête vers la fenêtre, tout sourire en voyant Hrist revenir. Celle-ci vint immédiatement réclamer des caresses auprès de l'albinos qui ne se fit pas prier pur lui en offrir alors que Rutusku parlait.

Il lui disait qu'elle ferait mieux de se muscler un peu pour pouvoir se défendre si elle se faisait de nouveau agresser. Bien que c'était une chose presque normale, Sarah trouvait l'idée désagréable, et elle ne comptait pas le faire. Ce serait une perte de temps. Il venait de lancer une pomme vers Sarah et celle-ci l'attrapa de justesse au vol.

Elle contempla la surface luisante du fruit alors que Rutsuku lui disait qu'elle devait avaler quelque chose même si elle crevait de sommeil. Sarah hocha de la tête et frotta la pomme contre le linge qu'elle portait pour ainsi la nettoyer convenablement. Non pas qu'elle fut sale mais c'était une habitude, avec des pommes, de toujours les frotter avant de les manger. Hrist venait de recevoir un morceau de viande juteux avant de s'envoler hors de porté de Sarah qui sourit en la regardant s'envoler. Quelques plumes tombèrent. Sarah mordit timidement dans la pomme en voyant que Rutsuku ne semblait pas bien. Sarah ne comptait pas poser de questions... Mais elle regarda ce que Hrist avait apporté. Elle ne tarda pas à voir ce que Rutsuku avait passablement dévisagé.

Etait-ce ce simple morceau de pain qui le faisait frissonner de dégoût ?

Sarah le prit comme pour montrer qu'elle avait l'intention de le manger, et donc le glissa hors de la vue du Serpentard. Retournant à petits pas vers le lit où elle avait décidé de dormir pour cette nuit-là, Sarah posa le morceau de pain à côté d'elle, et continua de manger cette délicieuse pomme verte, sucré à souhait, comme elle les aimait bien. Elle regarda vers le perchoir pour remarquer que Hrist se délectait d'un somptueux repas digne d'un carnivore affamé. Tant mieux si ça pouvait lui remplir l'estomac. Sarah tourna la tête vers Rutsuku après un instant de réflexion.

" Mais alors, si Zweig a raison... Cette salle donne ce dont on a le plus besoin n'est-ce pas ? "

Evidemment. Pas besoin de confirmation. Elle le savait bien mais... à cet instant, elle sentit quelque chose se forger en elle. Une espèce de détermination mêlé à un chagrin inexplicable. Elle se tut pendant un moment, et laissa donc la question en l'air, en suspension, flottant comme ça. On pourrait bien se demander pourquoi diable elle venait de lui poser cette question plus évidente encore que le nez au milieu de la figure. Elle continua simplement de grignoter ce fruit si délicieux en essuyant quelques fois sa bouche du revers de sa main. La pelure était plus sucrée que le reste, étrangement, et elle s'obstina à ne manger que ça pour l'instant. Elle verrait pour la suite.

" Donc... Si j'ai vraiment besoin de te voir un jour, est-ce que la salle apparaîtra, avec toi dedans ? "

Pourquoi aurait-elle besoin de le voir ?! Ah ! Elle voyait déjà la question venir ! Mais elle ne prépara pas de réponse. Elle se contenta de lâcher sa pomme des yeux pour regarder Rutsuku en se demandant, juste pour voir, ce qu'il ferait comme réaction en l'entendant lui dire ça. Le petit ange qu'elle était se fit petite en allant chercher un peu de ce pain pour en manger un morceau qu'elle arracha de ses dents avant de le reposer à côté d'elle. Mine de rien, la question pouvait apporter des réflexions au sujet de cette salle. Mais qui saurait vraiment si Sarah avait raison ? Il faudrait faire le test mais faire le test se révélerait être une perte de temps sans aucun doute. Dans tous les cas, Sarah commençait à avoir les yeux qui piquaient. Elle renifla en les essuyant machinalement.

La fatigue, ce n'était pourtant pas ce qui l'empêcherait de poursuivre cette conversation qui prenait des proportions assez bizarres. Ils étaient de parfait contrastes et pourtant, ils s'entendaient presque bien. Oui presque, parce que bon, difficile de savoir ce que Rutsuku pensait vraiment de sa présence. Mais elle ne devait pas le gêner puisqu'il l'avait soigné, lui avait fait couler un bain, lui avait apporté des vêtements, donner de la nourriture, et ne la chassait pas pourtant autant. Alors, ami ou non, il prouvait être au moins apte de l'endurer avec lui.

Etait-ce simplement parce qu'elle lui avait donné une identité propre ? Peut-être, mais Sarah se fichait des raisons. Elle savait seulement qu'elle avait rendu un fière service à quelqu'un et que ça l'avait rendu vraiment heureux pendant l'espace d'un moment. Elle se souvenait encore de ce sourire, si discret et pourtant radieux. Elle regrettait de l'avoir vu s'effacer à cause de ce crétin de Rusard ! Il aurait mérité qu'on donne un coup de pompe dans le derrière de sa chatte. Cette saleté de teigne... elle portait bien son nom ! C'était dommage mais Sarah ne demanderait pas à Rutsuku de sourire encore. Parce qu'elle avait comprit que ce fut un présent unique, et éphémère.

Lorsqu'elle termina de manger la pomme, elle fit disparaitre le coeur de celle-ci avant d'en finir avec ce morceau de pain. Lorsque le tout fut bien avalé, elle alla vers la table d'un petit pas pour faire apparaitre une tasse dans sa main et y verser un fond de lait, juste question de pouvoir dire qu'elle avait but quelque chose puisque bon, du pain, ça donnait soif ! Déposant la tasse, elle essuya ses lèvres où une moustache de lait s'était dessiné, avant de sourire sans raison au Cinquième Année et de se diriger vers le lit. Elle en défit les draps, signe qu'elle comptait sans aucun doute s'y coucher. Elle resta assise toutefois, adossée contre les oreillers moelleux.

" J'imagine que tu ne vas pas dormir, toi ? Tu devrais pourtant, ne serait-ce qu'une sieste. "

Comme d'habitude, elle s'attendait aux injures et au 'c'est pas de tes oignons' ou les classiques dans le genre. Mais Sarah était Sarah et elle ne changerait pas comme ça. Elle s'inquiétait pour les autres, et voulait leur bien. C'était pourquoi elle était si enquiquineuse lorsqu'elle voulait vraiment donner un coup de main ou encourager quelqu'un à faire quelque chose de bien pour lui : comme dans le cas de Rutsuku, de dormir.
Revenir en haut Aller en bas
http://requiem-of-fantasy.forumotion.com/forum.htm
Rutsuku Fushin
Diable du Carnage
5eme Année

Diable du Carnage  5eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 937
Age : 31
Localisation : Inconnu de la société mais que tout le monde a
Humeur : ...
Date d'inscription : 17/05/2008

Fiche Du Personnage
Race: Humoculus
Pouvoirs: Hacking de Cerveau
Biographie:

MessageSujet: Re: Salle sur Demande - Douce Nuit, Douce Pluie, Doux Refuge   Ven 27 Aoû - 19:33

Rutsuku avait clairement remarqué cette moue que faisait Sarah, lorsqu'il lui avait clairement dit qu'il fallait qu'elle apprenne à se défendre. Ce n'était pas avec une certaine attitude pacifiste qu'elle allait arrêter ces brimades dont elle était victime ! D'accord, elle pouvait parfois lasser ses agresseurs. Mais, le peu qu'il connaissait, surtout leurs esprits, il savait pertinemment que, si elle ne faisait rien, ça allait continuer encore et encore. Un jour, ça arriverait un malencontreux évènement, que ce soit pour l'agressée ou pour les agresseurs.

Il le savait pertinement... C'était sans doute pour cela qu'il insista sur ce point, quitte à laisser derrière lui, momentanément, son esprit mysanthrope :

"Je vois bien que ça t'emmerde que je dise ça. Mais ces crétins continueront encore et encore à te martyriser. Ils puent la violence gratuite et ne sentent vivant que lorsqu'ils ont quelqu'un à soumettre. Ca fait combien de temps qu'ils te poursuivent, dans le but de te briser ? Un jour, ça finira en catastrophe."

Le Serpentard savait parfaitement de quoi il parlait... Il avait été dans cette situation... Il en portait encore les stigmates, aussi bien sur son corps que dans son esprit ténèbreux. Sans compter que c'était, malgré tout, une base importante de cette croix qu'il porterait à tout jamais. Peut-être parce qu'il s'était fortement reconnu en Sarah, lorsqu'elle s'était fait agresser par ces idiots ? Peut-être parce qu'il se voyait plus jeune, lors de ce jour ? Peut-être parce qu'il était le mieux placé pour comprendre ce que s'était d'être dans une telle situation ? Et, peut-être... Qu'il voulait aider cette Albinos, parce qu'il était le mieux placé pour le faire ?

"Cette griffure que tu t'es faite toute seule n'est peut-être que le prémice de cette tragédie qui s'annonce...
Et personne ne peut supporter de se faire humilier toute sa vie... Surtout sans raison..."


Derrière sa frange, son regard, habituellement froid et distant, avait changé pendant une seconde. Il était toujours sérieux, mais mélait aussi de l'inquiétude et... du regret. Au fond de lui-même...
Il ne voulait pas que quelqu'un d'autre connaisse ce qu'il avait du subir. Il savait pertinemment que c'était ensuite difficile pour se reconstruire, mentalement. Six mois... Il avait mit six longs mois pour retrouver légèrement la parole. Mais, intériuerement, il savait parfaitement qu'il n'avait pas tourné la page... Comment aurait-il pu, de toute manière ? Personne, pas même Wotan, n'était présent lorsque tout ceci s'était passé... Et il avait du se débrouiller seul après le Massacre de Hama, pendant quelques temps...

Seul avec ses stigmates...
Seul pour emmener le cadavre de son père à l'endroit où il reposait actuellement...
Seul pour creuser sa tombe...
Seul pour remonter une certaine pente...

Personne ne l'avait aidé... Pourtant... il avait souhaité qu'une personne, en particulier son ancien tuteur, l'aide.

L'Humoculus était perdu dans ses pensées alors qu'il observait avec dégoût ce morceau de pain... Il était furieux, avec une envie de tout casser autour de lui. Une envie de vomir et de cracher sa haine envers lui-même. Incapable de faire face à un plat préparé, après dix ans ! Ca l'énervait vraiment intérieurement ! Il était lâche, couard et misérable ! Il était trop faible pour faire face à ses propres peurs... malgré qu'il essayait.
Il en serra même son poing gauche de colère.

L'étudiant était même tellement furieux qu'il n'avait pas vu que la Serdaigle venait de prendre le pain. Son esprit était, maintenant, occupé par de sombres intentions... Il serait même capable de tuer tout le monde qui osait dévorer quelque chose de préparer... Il serait capable de massacrer avec une certaine allégresse tous ceux qui osait torturer ou manipuler les autres. Il serait même capable de jeter dans le feu des millions de livres de cuisines, d'intruments et autres domaines, telle la Nuit de Cristal...

"Mais alors, si Zweig a raison... Cette salle donne ce dont on a le plus besoin n'est-ce pas ?"

Ce fut cette parole qui le tira de sa colère passagère. Bien que son visage ne transpirait rien, il se demandait intérieurement où il était... Avant de se remémorer tout ce qui s'était passé depuis l'instant où il avait revu Sarah dans la volière. Alors qu'il finissait d'éplucher sa clémentine, il ne put s'empêcher de soupirer intérieurement...
Un peu plus et...
Son cauchemar allait se reproduire.

Non, il ne fallait plus qu'il n'y pense... L'ancien mercenaire commençait à manger son fruit, tout en regardant son aigle, se régalant de son morceau de viande, et celle qui l'avait tiré de ce prémice de ce qu'il redoutait le plus...

"Donc... Si j'ai vraiment besoin de te voir un jour, est-ce que la salle apparaîtra, avec toi dedans ?"
"Cette salle est malgré tout soumise par les Lois de Gamp. Puis, on ne peut pas transplaner, dans cette école de dingues..."

En clair, ça voulait dire non, sauf s'il était déjà dans la pièce... Et encore, uniquement si la personne voulait bien faire rentrer cet individu en particulier. Mais bon, cela était les théories du chien de guerre. Aussi loin qu'il se souvenait, l'Histoire de Poudlard ne disait rien sur la Salle sur Demande. En même temps, ce n'était pas une lecture rapide de tout l'ouvrage, en une journée complète, qui pouvait l'avancer sur ce fait. Peut-être que ce grimoire disait quelque chose... peut-être pas...

Deux secondes... Maintenant qu'il réflechissait aux paroles de la Serdaigle. Elle venait de lui dire carrément qu'elle voulait le revoir ? oh non, mais ce n'était pas vrai ! Jamais il n'aurait la paix. D'accord, elle était différente des autres abrutis qui peuplaient cette école, mais tout de même... Elle n'avait pas encore comprit qu'il n'était qu'une machine à tuer ? Elle n'avait pas encore pigé qu'il n'était pas comme les autres ? Elle n'avait jamais entendu parler des enfant-soldats ou même des mercenaires sans scrupules, qui se battaient uniquement pour le plus offrant ? Que dire encore que tout son corps était recouvert de sang, de blessures, de stigmates n'auraient jamais un adolescent normal, vivant dans un confort des plus méritoires pour eux ? De vivre dans une famille aimante et sans aucun problème...

C'était tout bonnement incompréhensible pour lui... Pourtant, il l'avait répété tant et tant de fois que, même pour les plus simples esprits, ça devait être ancrés pour toujours dans leur tête vide de connaissances...

"Et pourquoi tu veux tant me revoir ? Tu sais très bien que je suis une bombe à retardement qui peut péter à n'importe quel moment. J'ai beau te le répéter encore et encore, ça ne veut pas rentrer dans ton crâne vide."

Comme d'habitude, il l'avait dit sans aucune forme de tact et n'avait pas dilué ses paroles avec de l'eau de rose... Surtout que de lui avoir donné un nom ne lui donnait pas tous les droits ! Elle n'était tout de même pas sa mère ! Il n'avait même jamais connu sa mère, tout simplement parce qu'il savait pertinemment qu'il n'en avait pas... Ce n'était qu'un clone, de toutes manières... Une copie des humains. Sur ce point, si un jour, elle oserait lui faire la morale, il lui sortirait bien cela. Ca, il se le promit intérieurement. Être spécial ne lui donnait pas tous les droits. Et c'était de même pour lui.

Il faisait simplement semblant d'être au-dessus de tout... même si, dans son cas, c'était en-dessous. Il était identique aux autres dans la mort, les obligations, les responsabilités, voire même devant les conséquences de ses actes. Mais personne ne pourrait comprendre ce qu'il subissait, à chaque moment... A tel point qu'il avait perdu tout espoir, et tout désir d'espérer.
Alors, ce nom qui lui avait été donné... c'était une étincelle pour le guider dans son chemin tortueux, sinistre et... cruel.

Après d'avoir fini sa pomme et ce morceau de pain, l'Albinos se redressa et fit apparaître une tasse... Hmmm, elle devait être assez douée en métamorphose pour faire ça avec une pièce de l'échiquier. Puis, elle y versa une bonne dose de lait. Alors qu'elle buvait ce liquide blanc remplit de calcium, lui finissait une poire d'hiver, couverte de miel... Histoire de bien couvrir le goût de ce fruit qu'il n'aimait pas spécialement. Puis, ça lui permettait d'avoir un peu plus de sucre pour tenir le coup ce soir... Enfin, elle retourna vers son lit, tandis que lui s'assayait sur le rebord de la fenêtre ouverte, les bras croisés et le pied droit qui le maintenait en cas de chute. l'autre jambe, tant qu'à elle, se trouvait dans la pièce.

Il observait du coin de l'oeil le domaine de Poudlard. Qui savait ce qui allait se produire ce soir, à l'extérieur ?

"J'imagine que tu ne vas pas dormir, toi ? Tu devrais pourtant, ne serait-ce qu'une sieste."
"Je n'ai pas le temps de dormir..."

Le Cinquième Année n'avait toujours pas daigné à retirer son champ de vision de la Forêt Interdite. Il avait des choses à faire, et pas un seul instant pour se retirer. Seul lui avait une idée précise de ce qui se tramait en ce moment, entre ces murs et ce domaine magique. Alors, ce n'était pas une gamine du nom de Sarah qui allait changer ses priorités, ou même sa manière de vivre.
Même si, inconsciemment, elle avait déjà commencer à l'influencer sur ce dernier point...

"J'ose espérer que tu ne feras pas de bruits en dormant..."

Cette fois, Rutsuku venait littéralement d'enfoncer sa petite popularité envers Sarah... Par ce sarcasme pas très agréable à entendre. En même temps, elle devrait maintenant avoir comprit qu'il n'hésitait jamais à parler de façons cyniques et, souvent, démoralisante... Sans compter que sa voix baryton n'arrangeait pas son côté distant et froid.

"De même qu'il ne te faudra pas un baiser pour te réveiller..."

Et voilà qu'il se mettait à la traîter, indirectement, de Belle aux Bois Dormant... Si elle ne se réveillait pas le matin, le Serpentard ne se génerait aucunement de la jeter par-dessus la fenêtre. Elle était maintenant prévenue !!
Puis, ce Conte était d'une débilité sans précédente...

"Et avant de te coucher, tu remets un pansement sur ta griffure. Sinon, tu vas percer mes tympans demain matin en trouvant du sang dans tes draps..."
Revenir en haut Aller en bas
http://novaslash.free.fr/sher/
Sarah Mikltov
Cendre de Lune
4eme Année

Cendre de Lune  4eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 192
Age : 26
Date d'inscription : 16/08/2008

Fiche Du Personnage
Race: Humaine.
Pouvoirs: Sixième sens surdéveloppé.
Biographie:

MessageSujet: Re: Salle sur Demande - Douce Nuit, Douce Pluie, Doux Refuge   Lun 30 Aoû - 14:48

Depuis combien de temps ces satanés Serpentard s'acharnaient sur la frêle créature qu'elle était ? Oh, un moment. Elle ne saurait dire. Peut-être un mois, peut-être deux, peut-être depuis toujours au final. Depuis qu'elle avait posé les pieds à Poudlard. Elle les avait regardé de travers sans vraiment le vouloir. Et ils l'avaient repérés, comme un chasseur verrait clairement le regard effrayé d'un pauvre lièvre, ils l'avaient mit dans leur ligne de mire. Et depuis, ils ne la lâchaient plus. Sarah ne les fuyait pas intentionnellement mais ils semblaient avoir le flair pour la peur et la retrouvait bien vite. En même temps, une jeune fille aux cheveux blancs, on ne trouvait pas ça à tous les tournants de Poudlard, même dans le monde de la magie, alors on le reconnaissait aisément.

Elle savait bien que Rutsuku avait raison. Un jour, elle allait vraiment se retrouver dans la merde, elle allait se prendre des coups et personne ne viendrait miraculeusement l'en défaire. Mais elle ne pouvait pas nier que l'idée de devoir seulement se concentrer sur ces imbéciles qui n'en valaient pas du tout la peine, ça ne lui plaisait pas vraiment. Il ajouta que la griffure qu'elle s'était involontairement faite était sans doute seulement le début de cette catastrophe qui lui tomberait dessus éventuellement. Personne ne méritait d'être humiliée toute sa vie pour rien, et le ton qu'il emprunta laissa Sarah sceptique. N'avait-il donc jamais eu personne à qui parler ? Parlait-il avec expérience ? Bien qu'elle s'en doutait, elle ne daigna pas poser de questions. Par respect, peut-être.

Concernant sa question, Rutsuku se contenta de lui rappeler qu'on ne pouvait transplaner dans l'école. Sarah haussa les épaules. Ce n'était qu'une question, qu'une hypothèse sans fondement. Tapotant son oreiller pour le rendre plus confortable, elle écouta en même temps Rutsuku lui demander pourquoi diable elle voulait le revoir alors qu'elle savait qu'il était une bombe à retardement apte d'exploser n'importe quand. Il lui disait maintes fois mais ça n'entrait pas dans son crâne 'vide'. Sarah eu un sourire amusé en l'entendant l'insulter. Oh oui, elle s'en fichait royal. Elle trouvait ça amusant. Sans doute que si on lui posait la question, elle répondrait que c'était par habitude. Elle en riait plutôt que d'en pleurer, même si un vide se creusait. Il se creusait avec les années.

Pas dans sa tête, mais dans son coeur, et son âme.

Les insultes pouvaient se répercuter longtemps dans la tête d'une personne. Et ce n'était pas la fameuse phrase "c'est le passé" qui permettait de tout oublier. Avant qu'elle ne réponde, Rutsuku lui siffla qu'il n'avait pas le temps de dormir. Pas le temps ? Comme il regardait par la fenêtre, Sarah crut qu'il devait sortir. Elle se força à garder le silence. Il espérait qu'elle ne ferait pas trop de bruits, ni qu'elle aurait besoin d'un baiser pour se réveiller. Sarah soupira discrètement en secouant négativement la tête. Il lui somma alors de remettre un pansement sur sa blessure au risque qu'elle ne hurle le lendemain matin en trouvant du sang sur ses draps. Comme si elle en avait peur...

" Je ne ronfle pas, si c'est ce que tu veux savoir. "

Un peu sèche dans ses paroles, Sarah se leva en gardant une moue neutre. Elle se dirigea lentement vers la salle de bains où elle dénicha un pansement en forme de carré, assez grand pour caché cette blessure qui commençait tout juste à guérir. A l'aide du miroir, Sarah le positionna convenablement sur sa blessure avant de retourner sur ses pas pour pouvoir retourner au lit déjà défait qu'elle avait choisit. En jetant un oeil sur l'autre, elle pensa qu'il resterait sans doute aussi propre et inutilisé qu'il ne l'était maintenant. Rutsuku ne dormirait pas. Elle pouvait le sentir. La jeune fille leva les yeux vers le plafond pour regarder Hrist, mais elle ne la dénicha qu'après un moment de recherche. Elle sourit un instant avant de se préparer donc à dormir pour cette nuit-là.

Sarah se cala dans les couvertures en nichant sa tête au creux de l'oreiller moelleux, visiblement fait avec des plumes d'oies selon ce qu'elle remarquait puisque quelques petites plumes dépassaient d'un coin de l'oreiller, là où la taie était ouverte. Les paupières lourdes, Sarah sentit son coeur s'alourdir tout autant. Est-ce que tout ceci était donc en vain ? Faisait-elle des pieds et des mains pour rien ? Recouvrant son corps jusqu'à son cou de la couette, la jeune fille décida finalement qu'elle verrait bien le résultat de ses efforts. Pour le moment, ils étaient faibles. Mais peut-être qu'au fil du temps, elle verrait mieux ces dit résultats. Pour l'instant néanmoins, une question flottait...

Pourquoi voulait-elle tant le revoir ?
Pourquoi insistait-elle même en sachant tout ça ?

La Serdaigle leva discrètement son regard vers Hrist. Oui, elle savait maintenant pourquoi elle insistait, pourquoi elle faisait ça. Repoussée sans cesse par tout le monde, lorsqu'elle trouvait une personne qui était davantage dans le besoin qu'elle, elle y restait accrochée. Il ne l'avouerait jamais. Mais il cherchait une personne à qui s'accrocher. Outre un oiseau ou un souvenir. Un noeud se forma dans son estomac. Sans le regarder, Sarah décida de lui répondre à sa question, de lui répondre franchement. Il en ferait ce qu'il voudrait ensuite.

" Je veux te revoir, parce que je sais que tu cherches une personne pour te comprendre. Et je veux être là pour ça. Comme tu as été là lorsque Hrist cherchait une personne... "

Voilà. Il pourrait cracher dessus maintenant. Elle avait été franche, il pourrait au moins lui donner cette raison-là. C'était le meilleure exemple qu'elle avait put faire de toute façon, en prenant ce qu'il avait dit au sujet de Hrist pour pouvoir lui faire comprendre qu'on pouvait tous trouver une personne apte de nous saisir mentalement, même si ça semblait irréel après des années de recherche. Bon, le connaissant, il allait lui cracher qu'il ne voulait rien savoir. Tant pis ! Au moins, elle pouvait toujours se féliciter de sa franchise. Elle ferma les yeux en se disant qu'au moins, elle aurait essayer, peu importe comment il prendrait ce message. Elle aurait essayer.

Un instant de silence étrange s'installa. Pas de réponse. Curieux. Tant mieux, ou tant pis, elle ne savait pas, mais c'était silencieux et c'était peut-être mieux ainsi. Alors qu'elle s'endormait petit à petit, elle rouvrit les yeux légèrement pour fixer un point imaginaire et se demander si tout ça était vraiment réelle. Est-ce qu'elle ne rêvait pas ? Peut-être allait-elle se réveiller dans sa salle commune. Si c'était le cas, alors tant pis. Elle ne pourrait que regarder la réalité en face et faire avec. Couchée sur le côté, elle replia ses jambes vers sa poitrine, comme un bébé dans le ventre d'une mère, et ferma les yeux en tentant de trouver enfin le sommeil tant recherché.

Il ne comptait pas dormir. Elle le sentait.
Il n'avait pas le temps. Pourquoi ?
Que comptait-il donc faire, dehors ? Dans l'école ?

Où comptait-il aller ? Elle ne le saurait pas... Non. Résignée, elle ferma les yeux et soupira profondément pour expirer l'air dans ses poumons et bien se concentrer pour dormir. Mais avant de vraiment trouver le sommeil, elle murmura deux mots, ajoutant ensuite son nouveau prénom, comme pour lui rappeler gentiment que maintenant, il avait vraiment un nom pour lui, une identité personnelle. Lui rappeler que même s'il ne l'aimait pas beaucoup... elle l'avait aidé. Il ne dormirait pas mais ça ne l'empêcherait pas non plus de passer une bonne nuit, n'est-ce pas ?

" Bonne nuit, Rutsuku. "

Puis, sans attendre sa réponse, elle entreprit de s'endormir et d'elle-même passer une bonne nuit...
Revenir en haut Aller en bas
http://requiem-of-fantasy.forumotion.com/forum.htm
Rutsuku Fushin
Diable du Carnage
5eme Année

Diable du Carnage  5eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 937
Age : 31
Localisation : Inconnu de la société mais que tout le monde a
Humeur : ...
Date d'inscription : 17/05/2008

Fiche Du Personnage
Race: Humoculus
Pouvoirs: Hacking de Cerveau
Biographie:

MessageSujet: Re: Salle sur Demande - Douce Nuit, Douce Pluie, Doux Refuge   Mar 31 Aoû - 12:45

Bien entendu, tout ceci dépassa Rutsuku... Voilà qu'il venait de dire , même si c'était intentionnel pour remonter le moral de Sarah, qu'il savait parfaitement ce qu'une agression pouvait causer... Qu'il savait parfaitement ce qu'un harcèlement était dans l'esprit de quelqu'un... Qu'il connaissait parfaitement dans l'état où la victime était ensuite... Mais, il fallait absolument qu'il empêche ça... Il fallait absolument la protéger contre ces idiots de Serpentard... A tel point qu'il était envahi par la colère !! Il avait envie d'aller les voir, tout de suite et maintenant, et les torturer de la pire des manières... Les jeter dans un feu de braise avec leurs chevilles et les poignées brisés, les tendons coupés et leurs yeux crevés ! Ou les prendre avec leur boyaux !

Il s'occuperait d'eux... personnellement... Mais après d'avoir été contacté par Matthew Hawkins. Le Serpentard ne devait pas perdre l'objectif de la Pierre Philosophale. Tout ce qu'il espérait... Ce n'était pas être viré après ce qu'il allait faire sur ces crétins de bourreaux... Non, il n'allait pas les tuer... Il allait les torturer d'une manière bien différente et bien plus cruelle qu'ils faisaient sur cette gamine.

"Est-ce que tu connais l'Ijime ?"

Le phénomène du souffre-douleur japonais, qui était surtout le plus violent... La Serdaigle n'était pas dans ce cas-là, mais... Si ça continuait, ça ne saurait tarder. Qui savait après ce qu'ils étaient capables ?
L'Humoculus ne laisserait personne, mais absolument personne, faire du mal à la seule qui lui a donné un nom... A qui il lui avait donné ce droit ! Il n'était pas devenu son garde du corps, ni même son protecteur... Il avait simplement une dette à payer, qu'un seul sourire, si rare fusse t-il, ne pouvait pas rembourser. Tout comme il ne laisserait personne faire du mal aux Dearborn, puisqu'ils étaient les seuls à l'avoir accepté, sans se poser de questions...

Cependant, lorsqu'il lui avait posé la question pourquoi elle désirait tant le revoir, elle ne répondit pas. Bon, le Diable du Carnage n'allait pas la forcer, si elle ne voulait pas répondre. C'était son choix et il le respecterait. De toute manière, il comprenait parfaitement cela, étant donné qu'il le faisait souvent. Il ne répondait pas si ça ne lui disait rien. Peut-être que c'était pour une autre raison, mais qu'elle ne voulait pas avouer. Oh, mais qu'est-ce qu'il s'en fichait de toute manière ?! Alors, pourquoi faisait-il toujours des suppositions ?! Foutu reflexe à la noix qui l'obligeait à faire chaque fois des superstitions des plus sérieuses aux plus farfelues...
Comme raisonnait une véritable machine à tuer, pour éviter le risque zéro...

Juste après ses dernières phrases cyniques, elle prit enfin la parole :

"Je ne ronfle pas, si c'est ce que tu veux savoir."

Tiens, avec la voix sèche qu'elle venait d'employer, elle n'avait pas apprécié ce fait. Qu'importe. Seul lui avait le droit de la traîter plus sarcastiquement, tout en gardant un certain ton différent pour les autres dont ce n'était qu'une méchanceté de plus. Pour Sarah, ses paroles étaient différentes... Même si elles étaient plus douces, elles n'en perdaient pas leurs mordants. Ce fut alors que l'étudiante se dirigea vers la salle de bain... Sans doute pour prendre un pansement... Au moins, ça ne lui cassera pas les oreilles demain matin, ni lui donnerait des envies de meurtres...

Cependant, alors qu'elle choisissait son pansement et l'appliquait, il avait tourné son regard... Ah oui, il y avait toujours la boîte d'anti-douleur. Il l'avait sorti pour Sarah, même s'il devra en utiliser un peu. Un poignet cassé, même avec une attèle, ça pouvait faire un mal de chien et pouvait empêcher de bien dormir. Réprimant un soupire, l'ancien chien de guerre se redressa. Puis, il alla chercher la tasse que l'Albinos avait utilisé pour boire du lait. Il la remplit de nouveau avec cette boisson agréable à boire, avant de regarder la boîte de comprimé... Puis, il en prit deux dans sa main. Enfin, il posa les médicaments et la tasse à côté du lit de l'étudiante. Et elle avait intérêt à les prendre, avant de s'endormir !

Elle en sortit alors qu'il reprenait sa place initiale. Puis, le Fléau des Catacombes la regarda du coin de l'oeil s'allonger dans le lit. Il pensait qu'elle allait s'endormir tout de suite. Alors, qu'elle ne fut pas sa surprise lorsqu'elle prit de nouveau la parole. Et justement pour répondre à cette question en suspens !

"Je veux te revoir, parce que je sais que tu cherches une personne pour te comprendre. Et je veux être là pour ça. Comme tu as été là lorsque Hrist cherchait une personne..."

Cette affirmation étonna grandement le clone, bien qu'il ne le montrait pas. Il la regardait toujours du coin de ses yeux émeraudes, essayant de déceler quelque chose. Après quelques instants, il tourna la tête, sans prendre la parole. De toutes façons, qu'aurait-il pu dire à ce moment précis ? Qu'il n'avait pas besoin d'aide ? Qu'il se débrouillait très bien seul ? Il aurait pu très bien mentir, en affirmant que ce n'était pas cela qu'il recherchait... Mais au fond, Sarah venait de taper dans le mile... Il recherchait quelqu'un qui le comprenait vraiment... Quelqu'un qui pourrait vraiment comprendre ses souffrances infinies...

Cependant, ce qui le stupéfia quelques secondes, ce fut ceci :

"Bonne nuit, Rutsuku."

Bonne nuit ? Ah oui, c'était vrai... On disait toujours bonne nuit quand on allait se coucher... Mais se coucher... Alors, quand on resterait éveiller toute la nuit, qu'est-ce qu'il fallait dire ?

"Evite les mauvais rêves..."

Même si c'était mieux qu'un simple son, c'était tout de même pitoyable. Comment l'Albinos pourrait éviter de faire des cauchemars ? Tsss... Des fois, il était aussi débile que ceux qu'il affirmait être dénué d'intelligences...
Pourtant, il avait tout de même fait un certain sourire invisible...

Le temps passa lentement, tandis que l'ex-mercenaire observait toujours de la fenêtre la Forêt Interdite... Hmmm... Après un long moment, il se permit de regarder l'heure. Trois heures du matin. Non, il n'y aurait pas d'attaque sur des Licornes, ce soir non plus. Cependant, il remarqua que le feu commençait à faiblir... Autant mettre quelques buches de bois, doucement. Après qu'il eut terminé ceci, il regarda pendant quelques secondes la Serdaigle endormie. Puis, il se dirigea vers son lit... Mais n'allez pas croire qu'il allait se coucher, loin de là... Il prit un drap blanc...

Réprimant un soupire, Rutsuku posa la fine couverture sur la couette de Sarah. Vu son coup de froid, même si elle avait prit ce fichu sirop, il valait mieux qu'elle se couvre davantage. Même s'il l'avait protégé de la pluie, elle avait tout de même prit une sale cochonnerie dehors... Mais pourquoi était-il maintenant aux petits soins avec elle ? Bon sang, ça ne lui ressemblait pas du tout... Cependant, s'il était comme ça avec cette Albinos... C'était qu'il avait ressenti en lui son profond désespoir lors de cette agression. Mais, maintenant qu'il y réflechissait... Le sentiment qu'il avait capté n'était pas lié à ce geste... Comment l'expliquer ? C'était comme si il avait ressenti, pendant une seule seconde, toutes les peines de la Serdaigle... Comme si...

Elle cherchait quelqu'un pour la comprendre vraiment, autre que ses parents... Elle cherchait quelqu'un qui serait capable de vraiment comprendre ses tourments... Tss... Qu'elle aille alors voir un psy, ça irait mieux. Non, même lui ne comprendrait pas. C'était uniquement une personne qui savait précisément ce que ça faisait qui pourrait comprendre.

Lui seule pouvait la connaître parfaitement...
Malgré leurs caractères opposés, ils avaient vécu des expériences similaires... Mais, autant cela avait assombri dratistiquement le Serpentard, autant pour la Quatrième Année... elle les prenait sur elle.
Ce n'était pas possible... Il ne pouvait pas la laisser tomber... Comme il n'avait pas pu laisser tomber Hrist la première fois qu'il l'avait vu. Lui, ce n'était pas important... Personne ne pourrait comprendre tout ce qu'il devait endurer à chaque seconde... Mais elle... Il fallait la soutenir.

Ce n'était pas pour une question de pitié... C'était son devoir... Son devoir en tant qu'Avaleur de Cadavres...
C'était son devoir d'aider les personnes qui n'avaient plus une seule lueur d'espoir... d'aider les laissés pour compte de la société moderne.

Se surprenant davantage et intérieurement, il posa un délicat baiser dans les cheveux de Sarah, avant de s'éloigner regarder de nouveau la Forêt Interdite. En même temps, alors qu'il reprenait son poste de garde, il se grattait sa barbe de plusieurs jours...

*Mouais... Je me raserai la semaine prochaine, lors du bal de fermeture... Je me fais davantage remarquer qu'avant...*

Après tout, un élève avec une barbe de plusieurs jours, ça ne courait pas les couloirs de Poudlard...
Revenir en haut Aller en bas
http://novaslash.free.fr/sher/
Sarah Mikltov
Cendre de Lune
4eme Année

Cendre de Lune  4eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 192
Age : 26
Date d'inscription : 16/08/2008

Fiche Du Personnage
Race: Humaine.
Pouvoirs: Sixième sens surdéveloppé.
Biographie:

MessageSujet: Re: Salle sur Demande - Douce Nuit, Douce Pluie, Doux Refuge   Lun 13 Sep - 14:59

Si elle connaissait l'Ijime... Oui, enfin, elle en avait entendu parler. Sarah ne répondit cependant pas. Elle se contenta de faire la sourde pour se coucher et pouvoir trouver un sommeil potentiellement correct. Blottie dans le creux de ce lit simple, Sarah ferma les yeux en nichant son oreille contre l'oreiller moelleux. Elle devinait qu'il était certainement remplit de plumes d'oies puisqu'elle pouvait en voir une ou deux sortir du coin de l'oreiller. Elle en prit une entre ses doigts et la contempla une minute. Sa douceur était relaxante. Elle la laissa s'envoler après un moment, et observa la cadence saccadée de ce semblant de flocon. Blanc, blanc comme ses cheveux, sa peau, sa robe. Simplement blanc. Mais était-ce vraiment synonyme de pureté ? La touche de rouge couvrant ses yeux n'était-elle pas signe que quelque chose d'autre se cachait sous ce rideau blanc ? C'était bien trop... flou...

Le sommeil l'empêcha de réfléchir davantage. Alors qu'elle tentait de percevoir de ses seules oreilles ce que Rutsuku pouvait être entrain de faire, Sarah conserva les yeux fermés et tenta de se concentrer sur autre chose. Mais elle ne pouvait s'empêcher de revoir cette scène de colère qui l'avait fait attaquer les Serpentard. Elle avait fait une crise de colère si soudaine qu'elle n'avait put se contrôler, elle les avait repoussé violemment, mais elle s'était aussi fait mal. En pensant à ça, Sarah rouvrit les yeux faiblement pour passer une main contre sa joue. Un nouveau pensement qui s'y trouvait l'empêchait de s'infecter. Elle eu un sentiment de chaleur étrange en revoyant la scène où Rutsuku, caché sous un masque doré représentant son anonymat, la soignait tout doucement après avoir demandé à son aigle de lui apporter une trousse de premiers soins à ce moment-là, exactement.

Ces Serpentards la poursuivait parce qu'elle représentait pour eux la proie idéale. Faible, petite, innocente et naïve, elle avait tout pour être écrasée sans s'en plaindre. On lui avait déjà dit. Une fois, elle était rentrée de l'école avec un oeil enflé, lorsqu'elle n'était encore qu'une petite fille, lorsqu'elle n'allait pas à Poudlard. Son père lui avait fait un sermon en disant que 'toute personne dans un conflit possède une part de responsabilité', annonçant donc qu'elle l'avait peut-être cherché. Elle l'avait longtemps boudé et sa mère en avait voulu à son mari pendant longtemps aussi. Cette histoire s'était évanouit et la poussière était tombé, mais Sarah n'avait jamais voulu se défendre, estimant que ça empirerait le cas. Maintenant, même Rutsuku lui disait qu'elle devait se défendre. Peut-être le devrait-elle finalement, peut-être que ce serait une bonne idée. Mais elle y réfléchirait seulement demain...

Demain serait un autre jour.
Demain deviendrait aujourd'hui.

Avant de s'endormir, elle avait prit les comprimés que Rutsuku avait laissé sur la table à côté du lit. Avec ça au moins, la douleur de son poignet cassé s'évaporerait lentement, et elle pourrait dormir normalement. Elle reposa la tasse vide sur la table et essuya la moustache de lait qui s'était dessiné au-dessus de la lèvre supérieure. Elle se coucha ensuite en sentant sa tête lourde. Oui, un peu de sommeil ferait du bien. Rutsuku ne bougeait pas beaucoup, il allait vers la fenêtre ou arpentait silencieusement la chambre. Lentement mais sûrement, elle s'endormit et tomba dans un sommeil assez profond. Il était aisé de le savoir puisque le rythme de sa respiration fut plus lent, et plus profond aussi. Elle ne se rendit bientôt plus compte de l'heure, ni de l'endroit où elle était, puisqu'elle dormait déjà profondément, une nuit qui s'annonçait peut-être sans rêve pour cette jeune Serdaigle.

Pourtant, alors qu'elle dormait, une pression légère et douce se fit au niveau de ses cheveux, contre sa tête posée sur l'oreiller. Alors que le Serpentard venait de déposer un nouveau drap sur le corps déjà recouvert de l'albinos, il déposa un baiser contre sa tempe, plus doux que son comportement ne le laisserait supposer. Sarah ne se réveilla pas cependant, elle ne fit que bouger un tantinet en soupirant doucement, réflexe assez commun chez n'importe qui entrain de dormir profondément. Sans qu'elle ne puisse se rendre compte une seconde que Rutsuku ressentait qu'elle avait une certaine importance inconsciente pour lui, l'albinos des aigles de bronze passa une nuit profonde et sans rêves. Du moins pour le début, elle ne rêva qu'à des choses plutôt banales, sans intérêts. Mais lentement, une ombre sembla plonger dans son esprit. Une ombre verte et argentée, venimeuse...

Alors que, dans son rêve, elle marchait dans un couloir sombre en laissant sous ses pas un cercle blanc, un tracé argenté se dressa devant elle, tel un serpent. Elle s'arrêta et le contempla une seconde. Derrière elle, il n'y avait pas d'aigle de bronze pour la défendre par contre. Le serpent se sépara en trois. Ils grandirent pour prendre une forme humaine et être bien trop grands pour Sarah. La jeune fille leva la tête et écarquilla les yeux en reconnaissant les trois Serpentard qui l'avaient brutalisés. Elle tenta de s'enfuir et vit aussi avec horreur une personne derrière eux. Elle avait sa taille normale, elle, contrairement aux Serpentards qui étaient beaucoup plus imposants. Vêtu de vert, le vert des serpents d'argents, il était enchaîné. Au travers ses mèches châtaines, elle l'aurait reconnu aisément. Rutsuku ne pouvait rien faire pour l'aider cette fois et ça reposait sur ses frêles épaules.

Sarah tenta de reculer mais un mur invisible la heurta, et les trois serpents fondirent sur elle. Elle camoufla ses yeux et hurla. La douleur la transperça si vivement qu'elle se redressa en sursaut, couverte de sueurs, le souffle haletant comme si elle venait de courir un marathon. Le front ruisselant, le coeur battant, Sarah scruta les alentours, elle regarda ses bras en sentant encore le picotement des morsures irréelles. Elle battit plusieurs fois des paupières en sentant une peur inexpliquée. Passant une main aux doigts tremblants contre son visage, l'albinos se tourna avec précaution et reçu en plein visage les rayons du soleil. C'était le matin... Il n'y avait pas d'horloge ici. Elle ne pouvait que deviner qu'il devait être tôt par la hauteur du soleil et la couleur de ses rayons. Elle renifla avec nervosité avant de regarder le lit voisin. Rutsuku n'y était pas. Peut-être était-il dans la salle de bains.

L'adolescente resta assise et s'adossa contre la tête de lit en se calmant progressivement, la respiration profonde et les yeux humides de larmes. Elle essuya plusieurs fois son visage en se répétant mentalement que c'était fini. Juste un rêve. Serrant contre elle les couvertures blanches, sans réaliser qu'il y avait une couche en plus, la jeune fille fixa le vide en s'attendant à avoir un sermon de la part de Rutsuku. Il lui avait dit d'éviter les mauvais rêves ! Mais que pouvait-elle faire contre sa conscience qui tentait de lui faire passer un message ? Rien du tout en fait... En scrutant les alentours, elle tenta de prendre la parole d'une voix enrouée et légèrement saccadée par une incertitude perceptible et une peur qui s'évaporerait seulement en la présence de cette personne.

" Rutsuku ? "
Revenir en haut Aller en bas
http://requiem-of-fantasy.forumotion.com/forum.htm
Rutsuku Fushin
Diable du Carnage
5eme Année

Diable du Carnage  5eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 937
Age : 31
Localisation : Inconnu de la société mais que tout le monde a
Humeur : ...
Date d'inscription : 17/05/2008

Fiche Du Personnage
Race: Humoculus
Pouvoirs: Hacking de Cerveau
Biographie:

MessageSujet: Re: Salle sur Demande - Douce Nuit, Douce Pluie, Doux Refuge   Mar 14 Sep - 11:41

La nuit était passée calmement. Pas d'attaques de Licornes, pas de mouvements brusques de la part de Sarah. Tout était parfait. Par ailleurs, Rutsuku aurait très bien pu aller s'allonger. Mais non, une fois qu'il avait décidé une chose, il était rare qu'il en démorde. Pourtant, après le léger baisé qu'il avait apposé, il était resté quelques instants à ses côtés. Intérieurement, le Serpentard n'arrêtait pas de se poser des questions. Pourquoi venait-il de faire cela ? Qu'est-ce que cette gamine avait de plus part rapport aux autres ? Pourquoi s'attachait-il peu à peu avec elle ? Pourquoi est-ce que son pouvoir ne l'affectait pas ? Pourtant, il ne fallait pas qu'il oublie sa hantise, et même son devoir...

Même si il pourrait l'aider, en tant qu'Avaleur de Cadavres...
Mais ça n'expliquait, en aucun cas, son attachement progressif envers cette Albinos.

Les minutes passaient, et il n'arrivait pas à décrocher son regard de l'Aigle Bleu. Il l'observait en silence et avec attention, avec un regard plus attendrissant et triste qu'habituellement. Vraiment, le clone ne comprenait absolument pas pourquoi il était ainsi avec elle... Normalement, il garderait son regard froid, perçant et imperturbable. Vraiment, il ne savait plus du tout quoi faire. Et il n'y avait qu'elle qui le laissait dans un tel état de confusion. Cependant, il devait l'avouer... Ne pas lire en une personnes, ne pas ressentir les émotions et les sentiments au fond de soi-même... C'était...

Libérateur...
Peut-être parce qu'il était dans une situation inédite qu'il essayait de comprendre, avec ses maigres connaissances sur le Monde de la Lumière, sur comment agir normalement ? Le Diable du Carnage ne le savait pas et ne pourrait pas le savoir intérieurement.
Pourtant, au fur et à mesure qu'il la regardait... Il avait prit une décision.

Il la protégerait, envers et contre tous... Et uniquement si elle n'a pas pu se défendre avant...
Le Chien de Guerre la soutiendrait et la protégerait, même si il devra davantage se faire haïr.

C'était sous cette promesse qu'il la quitta enfin du regard et s'installa vers la table et sur une chaise. Puis, il sortit son cahier noir usé et rapiécé, une plume et un encrier, ainsi que son briquet, le cendriller portatif et son paquet de cigarette. Il en alluma une, mais ne la porta pas à ses lèvres. Elle lui servait de bougies, étant donné qu'il n'y en avait pas... Enfin, le tout silencieusement, l'ancien mercenaire commença ses affaires...


Il devait être vers les huit heures lorsqu'il terminât d'écrire sur son cahier. Le Cinquième Année le referma alors, sachant pertinemment que, en le fermant, personne, sauf lui, ne pourrait y lire. Celui-ci était spécial, mais personne ne s'en rendrait compte à première vue... Et si un oeil indésirable essayait de jeter un coup d'oeil dessus, il n'y verrait que des pages blanches. Réprimant un soupire, l'adolescent à barbe s'étira les bras et le dos. Oh la vache ! Il commençait à ressentir de violentes courbatures. Sans doute que passer de l'eau chaude sur son corps calmerait cette sensation. Ce fut en laissant l'objet noir, ainsi que le reste de ses affaires, qu'il traîna les pieds vers la salle de bain.

Cependant, il ne pouvait pas deviner que, même pas cinq minutes plus tard, Sarah allait se réveiller et l'appeler, tel un bébé réclamant sa mère...

Soupirant intérieurement, il sortit de la salle de bain avec une serviette sur sa tête. Il avait prit une douche, tout en évitant de faire trop de bruits pour permettre à la Serdaigle de dormir davantage et paisiblement. Justement, il se séchait lorsqu'elle venait d'appeler. Il avait eu juste le temps de remettre son pantalon ; hors de question qu'elle le voye nu de toute manière ; avant de sortir. Alors qu'il se frottait les cheveux contre le tissu de bain, il fit :

"Qu'est-ce qu'il y a ?"

Tout en frottant davantage ses cheveux, au risque de lui donner une coupe en pétard, il posa un regard du coin de ses yeux vers elle. D'accord... Elle transpirait et tremblait quelques peu. A tous les coups, elle venait de faire un cauchemar. Il lui avait bien dit d'éviter les mauvais rêves, mais il avait tout de même dit cela en sachant pertinemment que c'était impossible. De plus, ce n'était pas son genre de dire 'bonne nuit'. Il ne l'avait jamais dit et ce n'était pas aujourd'hui qu'il commencerait.

"Toi... Tu m'as l'air d'avoir passé une sale nuit."

Réprimant une nouvelle fois un soupire, il posa la serviette de bain sur ses épaules couvertes de cicatrices. Puis, Rutsuku s'approcha d'elle. Enfin, sans crier gare, il pinça très légèrement la joue de Sarah et la tira doucement vers le vide plusieurs fois. Non, il n'était pas une autre illusion créée par le cauchemar. C'était bien lui...
Revenir en haut Aller en bas
http://novaslash.free.fr/sher/
Sarah Mikltov
Cendre de Lune
4eme Année

Cendre de Lune  4eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 192
Age : 26
Date d'inscription : 16/08/2008

Fiche Du Personnage
Race: Humaine.
Pouvoirs: Sixième sens surdéveloppé.
Biographie:

MessageSujet: Re: Salle sur Demande - Douce Nuit, Douce Pluie, Doux Refuge   Jeu 16 Sep - 16:21

Il lui avait demandé de passer une bonne nuit, eh bien, ce ne fut malheureusement pas réussi ! Et pourtant ce ne fut pas faute de s'endormir avec de bonnes pensées. Sarah n'avait pas l'habitude de cauchemarder, bien que ça lui arrivait quelques fois comme pour n'importe quelle personne normale. Les cauchemars étaient, parait-il, une matérialisation d'une chose qui nous effrayait. De quoi avait-elle peur alors ? D'être de nouveau attaqué par ces langues de vipères et que Rutsuku ne puisse venir l'aider lorsque ça arriverait ? Possible. Alors peut-être avait-il raison, peut-être devrait-elle aprendre à se défendre, mais cette simple idée ne lui plaisait pas, non pas du tout.

Elle ne voulait pas se battre contre ces personnes, aussi dégoûtantes et méchantes puissent-elles être. Ce serait du temps perdu, autant pour elle que pour eux en fait.

En se réveillant ainsi en sursaut, elle n'alerta rien ni personne. Rutsuku venait de sortir de la salle de bains en secouant ses cheveux à l'aide d'une serviette propre aux teints d'ivoires. Certes ça lui donnait une coupe assez pêle-mêle mais franchement, c'était bien le cadet des soucis de Sarah pour le moment. La clareté de la pièce était rassurante, et elle reprenait lentement son calme. En prenant une profonde inspiration, elle put entendre Rutsuku lui demander ce qui n'allait pas d'un air distant, comme si la réponse lui importait peu au final. Sarah ne répondit pas et se contenta de baisser platement la tête en ayant l'étrange sentiment qu'elle venait de le déranger, bien que ce ne fut pas le cas. Elle l'entendit lentement s'approcher mais ne tourna pas pour autant la tête vers lui.

Il fut près d'elle en quelques secondes. Elle tourna la tête vers lui lorsqu'il approcha une main de son visage pour pincer gentiment sa joue et la tirer vers le vide plusieurs fois après lui avoir dit qu'elle semblait avoir passé une nuit assez tortueuse. Sarah le laissa faire une seconde puis fini par lever une main pour repousser son bras et donc lui faire lâcher prise sur sa joue. Heureusement, ce n'était pas celle qui était blessée ! Dans la lumière de cette matinée, elle put remarquer qu'il était torse nu même si une serviette recouvrait ses épaules. Nombreuses étaient les cicatrices qui couvraient son corps et Sarah baissa le regard un instant, l'air triste. Ce rêve voulait certainement dire quelque chose. En allant frotter la joue qu'il avait pincé, la jeune fille tâcha de s'expliquer à ce sujet.

" Je, j'ai rêvée que tu ne pouvais pas m'aider. J'étais prise au piège. "

Inutile d'aller plus loin dans les explications. C'était la seule chose qui l'avait vraiment effrayée en fait. Le fait d'être seule avec elle-même pour se défaire de ces personnes. Mais elle ne voulait pas dire à Rutsuku ce qui faisait qu'elle était justement prise au piège dans ce rêve, que ces trois Serpentards s'étaient de nouveau attaqués à elle en profitant du fait que, lui, était impuissant face à cette situation. Etait-ce seulement possible ? Sarah se passa une main sur le visage comme pour retirer le peu de sueurs qui avait coulé à cause de ce cauchemar effrayant.

De ses yeux, elle scruta la pièce qui était parfaitement identique à la veille. Evidemment, rien n'avait changé. Sarah se sentait cependant un peu inconfortable puisque le lit lui semblait soudainement trop chaud. Sans doute que le fait d'avoir eu la couette en plus d'une autre couverture, et d'avoir cauchemardé, elle avait maintenant eu chaud et se sentait collante contre ses vêtements. Enfin, la tenue qu'elle portait actuellement, qui n'était évidemment pas à elle. Elle avait un peu mal au poignet encore, les anti-douleurs ne faisaient probablement plus beaucoup effets désormais. La jeune fille contempla un moment sa main entourée du bandage. Sans doute qu'elle ne pourrait l'utiliser encore pendant un moment, sauf si elle allait voir Pomfresh, mais dans ce cas-là...

Il faudrait sans doute qu'elle explique comment elle s'était fait ça...

Et la simple idée de raconter gentiment à l'infirmière de l'école qu'elle était à la volière à une heure tardive, hors du couvre-feu, ne lui semblait pas être une visite très appropriée. Mais la veille, Rutsuku lui avait demandé d'aller à l'infirmerie pour soigner ça, alors probablement que ce serait la meilleure chose à faire. Madame Pomfresh avait toujours les bonnes potions de toute façon pour réparer n'importe quoi en moins de deux minutes, c'était bien connu ! Et puis généralement, elle ne posait pas beaucoup de questions... Il y avait eu des cas plus extravagants qu'un poignet cassé parce qu'elle s'était cassé la gueule dans les escaliers humides de la volière. Mais quelle honte !! Juste d'y penser, franchement, c'était vraiment, mais vraiment idiot comme scène, trop !

De sa main contre sa joue, Sarah s'assura que le pansement tenait toujours. Il était là, bien solide. Elle allait sans doute recevoir des questions. Elle pourrait toujours inventer une histoire, comme raconter à tout va qu'en allant à la volière peu avant le couvre-feu, elle s'était fait griffé par un serre d'un hibou et que sur le chemin du retour pour ne pas rater le couvre-feu, elle s'était cassé la gueule dans les escaliers... Oui... ça lui semblait presque crédible, presque.

La jeune fille replia ses jambes contre sa poitrine et les entoura de ses bras.

" Merci pour hier. Je me sens mieux. "

Maintenant qu'elle était propre, soignée et qu'elle avait dormit, elle se sentait mieux en effet. L'épisode d'hier soir allait sans aucun doute rester gravée longtemps dans son esprit. L'attaque des Serpentard, et ce sauvetage plus que surprenant de la part d'une personne qui avait pourtant maintes fois avoués ne plus vouloir la voir... Comme quoi Rutsuku devait vraiment ne pas avoir de chance ! Elle devait peut-être être pire qu'un mauvais rêve à ses yeux. Mais pour Sarah, il l'aidait considérablement et ne l'humiliait pas malgré qu'il soit dans la maison des serpents, et elle dans celle des aigles. Ainsi donc, en sa compagnie, elle n'avait jamais vraiment peur de quoi que ce soit.
Revenir en haut Aller en bas
http://requiem-of-fantasy.forumotion.com/forum.htm
Rutsuku Fushin
Diable du Carnage
5eme Année

Diable du Carnage  5eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 937
Age : 31
Localisation : Inconnu de la société mais que tout le monde a
Humeur : ...
Date d'inscription : 17/05/2008

Fiche Du Personnage
Race: Humoculus
Pouvoirs: Hacking de Cerveau
Biographie:

MessageSujet: Re: Salle sur Demande - Douce Nuit, Douce Pluie, Doux Refuge   Sam 18 Sep - 0:07

Au moins, ce geste qu'il venait de faire, sur la joue non blessée de l'Albinos, venait de la tirer de ses mauvaises pensées. C'était toujours mieux que rien, même si l'objectif premier de Rutsuku était... de la faire sourire. Non pas qu'il aimait son sourire, mais parce qu'il avait toujours connu cette princesse enquiquineuse avec ce symbole sur son visage. Puis, la déprime ne lui allait absolument pas, surtout après un réveil. C'était bon pour être de mauvaise humeur toute la journée.

"Je, j'ai rêvée que tu ne pouvais pas m'aider. J'étais prise au piège."
"Ce rêve est exact."

Sans tact, comme d'habitude. Ce n'était pas parce que c'était le matin, ni même que son interlocutrice se nommait Sarah qu'il perdait son mordant. Qu'importait si elle venait de se réveiller. Il avait commencé et autant continuer...

"Je ne pourrais pas toujours être là pour toi, lorsque ces idiots t'agresseront. Et même les autres ! J'ai aussi ma vie à mener.
Pourtant, il faudra te défendre, tôt au tard. C'est toujours ainsi lorsqu'on a subi une agression. On n'arrive pas à dormir pendant quelques temps, parce que les agresseurs n'attaquent pas seulement le physique, mais aussi le moral. Même si tu dis que ce n'est rien, que ça passera, ça te laisse des trâces en toi, même si tu n'en es pas consciente ! Ces agressions te persuadent, peu à peu, que tu ne vaux rien et qu'il faudrait mieux crever parce que ton existance ne sert à rien."


Une fois encore, le Serpentard parlait en sachant pertinemment ce que c'était. Il avait été dans la même situation qu'elle, et n'avait en aucun cas pu se confier à quelqu'un. Personne n'était là pour l'aider, au moment où il en avait le plus besoin. Mais, pour elle, il ne voulait pas qu'elle connaisse ce que lui avait subi. Non, elle ne méritait pas cela. Et il s'était promi intérieurement de la protéger, pour qu'elle ne connaissent plus le malheur.

Même si lui, ne voulait plus la revoir... Ce malaise ne l'avait jamais quitté, même quand elle lui avait donné son nom actuel.
Mais il était hors de question de lui révéler cela... Tout comme il était hors de question de lui révéler qu'il s'était promi de la protéger, lorsqu'elle serait acculée de toutes parts.

Beaucoup dans cette école verrait d'un mauvais oeil son rapprochement avec l'Albinos. Qui ne voulait pas se lier avec lui ? Qui ne voulait pas profiter de ses immenses capacités ? Tous avait un intérêt à se rapprocher du Diable du Carnage...

Sauf elle...

Elle n'avait aucun intérêt à le faire... Elle avait quasiment tout ce qu'elle désirait, et prenait tout sur elle. Alors, pourquoi se rapprochait-il d'elle ? Lui n'avait aucune envie de le faire mais...
Son désespoir intérieur était des plus poignants. Et c'était pour cette seule raison, qui n'était en aucun cas une attitude altruiste ou de la pitié, qu'il venait davantage vers elle...

C'était son devoir...

"Pourtant, il y a un style de combat qui te conviendrait parfaitement... Connais-tu l'Aïkido ?"

L'Humoculus remarqua qu'elle venait de frotter le visage avec sa main intacte. Hmph, ce n'était pas avec ça qu'elle pourrait enlever les gouttes de sueur. Sans compter que ça pouvait rendre gras ses cheveux argentés. Ces derniers n'avaient pas besoin de cela, tellement qu'ils étaient purs et magnifiques. Il préférait, au fond de lui, nettement mieux l'argent que l'or, parce qu'il était moins brillant que le métal précieux doré. Mais aussi, parce qu'il était un symbole de la lune, de ténèbres et un symbole de copie...

Tel qu'il était, de par sa condition inhumaine.

Soupirant intérieurement, l'ancien mercenaire posa sa serviette légèrement mouillée et agréable au toucher sur le crâne chevelu de la Quatrième Année. Qu'elle ne rêve pas éveillée qu'il la prenne pour une poupée en lui essuyant le visage, tout de même ! Alors qu'il applatissait ; avec beaucoup de difficultés ; ses cheveux avec ses mains gantées, il continua :

"L'Aikido est la forme la plus évoluée de la légitime défense. Elle se base, non pas à donner des coups comme les autres formes de combats, mais sur l'esquive. Tu n'utilises pas ta propre force, mais la force de l'adversaire, ou plutôt son agressivité et sa volonté de nuire. Cet art martial vise, non pas à vaincre l'adversaire, mais à réduire sa tentative d'agression à néant. Et, en règle général, un combat est terminé juste quand il commence.
De plus, l'Aïkido n'est pas une simple technique de combat. C'est aussi une philosophie, qui prône le respect de l'autre et une volonté de ne pas faire de mal.
Vu que tu as tout pour devenir une enquiquineuse de garde-malade... Cette forme de combat te serait des plus utiles."


Bien évidemment, Rutsuku voulait faire un compliment, mais... il sortait toujours une vacherie, sans s'en rendre compte. Vraiment, il devrait s'abstenir

"... Et c'est moi qui te formerait... en paiement pour le nom..."

Même s'il savait pertinemment que ce n'était pas pour cela. Mais elle n'avait pas besoin de connaître la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
http://novaslash.free.fr/sher/
Sarah Mikltov
Cendre de Lune
4eme Année

Cendre de Lune  4eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 192
Age : 26
Date d'inscription : 16/08/2008

Fiche Du Personnage
Race: Humaine.
Pouvoirs: Sixième sens surdéveloppé.
Biographie:

MessageSujet: Re: Salle sur Demande - Douce Nuit, Douce Pluie, Doux Refuge   Lun 4 Oct - 0:49

Lorsque Sarah lui parla de son rêve, Rutsuku trancha net. Il affirma que ce rêve était exact. Cette confirmation lui fit légèrement froid dans le dos. Ça n'avait rien de drôle du tout !! pensa-t-elle en le fusillant du regard. Mais ses yeux se détendirent vite. Il voulait seulement lui faire comprendre qu'il ne pourrait pas toujours lui sauver la peau et qu'elle allait bien devoir décider un jour de se défendre d'une façon ou d'une autre. Rutsuku avait sa vie à mener et il ne voulait pas jouer les babysitters avec cette jeune albinos. Comme vexée par ces paroles, Sarah détourna le regard. Pour qui la prenait-il ? Ce n'était pas comme si elle était un fardeau ! Elle allait cependant devoir apprendre à se défendre car ces gens n'arrêteraient pas. Ils attaquaient le physique mais finiraient par s'en prendre à ce qu'il y avait dans sa tête aussi, l'empêcher de dormir, l'humilier, la faire pleurer des rivières et ainsi, l'obliger à basculer dans le monde terrible de l'intimidation extrême. Ces mots la frappèrent comme un coup de couteau dans le ventre. Son visage se décomposa et elle détourna le regard, la tête, pour ne pas le regarder. Serrant les dents, elle comprit avec rancoeur une chose pénible.

Il ne parlait pas pour faire la morale. Il parlait en connaissance de cause.

C'était peut-être pour ça qu'il l'avait sauvé de la main de ces Serpentard. Par une sorte d'obligation qu'une certaine solidarité lui aurait insufflé ? Non, c'était bête. Il n'aurait quand même pas prit tout ce mal sur lui seulement par solidarité, parce qu'il savait ce qu'elle pouvait bien ressentir. Parce qu'il le savait, oui, ça se voyait. Il ne parlerait pas de ça de la sorte si ce n'était pas le cas. Légèrement vexée de l'avoir entendu lui parler de la sorte avec une forme de hargne qui n'était pourtant pas dirigé vers elle mais bien vers ses propres expériences de vécue, Sarah garda le silence avec le désagréable sentiment de gêne qui nous tenaillait lorsqu'on se faisait engueulé. Elle garda le visage baissé en conservant obstinément le silence qui lui bloquait déjà les cordes vocales. Mais elle dut relever le regard lorsque Rutsuku reprit la parole pour lui affirmer qu'il y aurait bien une façon de combattre qui lui collerait bien à la peau, et il lui parla donc de l'Aikido. Le nom lui disait étrangement quelque chose mais sans plus en fait...

Elle secoua négativement la tête, juste un peu, pour signifier la négation de sa connaissance à ce sujet. Elle s'attendait déjà à le voir soupirer. Il soupirait bien souvent à vrai dire, maintenant qu'elle prenait le temps de constater les faits. Sans qu'elle ne s'y attende, l'élève de Serpentard retira la serviette qu'il avait sur sa propre tête pour la poser sur celle de Sarah. Elle était légèrement humide, et fraîche. Il avait prit une douche froide ou quoi ? D'une main peu habile, Rutsuku applatit alors ses cheveux en épongeant donc le peu de sueurs qui avait coulé de son front par ce cauchemar, tout en commençant à expliquer à cette jeune fille ce en quoi consistait l'Aikido. Elle écoutait d'une oreille attentive même si elle était souvent déconcentrée par les mouvements effectués par le mercenaire, mais ce n'était pas grave, elle écoutait quand même au final et pouvait enregistrer ce qu'il lui citait. Sarah garda surtout en mémoire le fait que ça faisait usage de l'esquive surtout, et non pas des coups qu'on était apte de donner à l'autre.

Ainsi donc, il suffisait de se servir de la force de l'autre et non pas de la nôtre.

C'était une forme de légitime défense permettant de prôner le respect et de focaliser sur l'envie de ne pas faire le mal. C'était donc certes quelque chose qui serait utile pour une personne comme Sarah qui ne voulait pas nécessairement blesser les gens, même si elle-même se faisait agresser. Sarah se demandait seulement qui diable pourrait lui apprendre un art martial dans le genre. Rutsuku ajouta que, étant donné qu'elle avait tout pour devenir une 'enquiquineuse' garde-malade, cette forme de légitime défense serait impeccable pour elle. Sarah ignorait si elle devait le prendre comme un compliment mais elle se contenta de lui jeter un regard désapprobateur qui n'eu, évidemment, aucun effet. Pour finir, le Cinquième Année avoua qu'il comptait l'y entraîner, pour payer en quelques sortes l'identité qu'elle lui avait offert. Sarah ne sut pas comment le prendre. Elle baissa la tête et finit par la secouer négativement, secouant donc ses cheveux. Elle retira la serviette couvrant sa tête et la posa sur le lit tout en répondant.

" Je ne veux pas que tu me rembourses, je n'ai pas fais ça dans le but d'avoir quelque chose en échange. Je l'ai fais pour te faire plaisir et te rendre un service. Si tu veux m'apprendre l'Aikido, fait-le parce que tu veux m'empêcher d'être blessé, pas parce que tu t'en sens obligé à cause d'un service que je t'ai rendu. Je préfère voir ça ainsi. "

Un peu comme si elle était vexée, Sarah repoussa la couverture de ses pieds et descendit du lit. Elle marcha normalement jusqu'à la fenêtre par laquelle elle contempla l'extérieur pendant un instant. Elle ignorait pourquoi elle trouvait agaçant de l'entendre toujours se trouver des excuses mais ça commençait à bien faire ! Si son corps exécutait des choses que sa tête ne voulait pas suivre, c'était parce qu'il n'était pas vrai avec lui-même, il n'était pas franc. Le soleil éclaira le visage pâle de l'albinos et elle laissa cet astre matinal cajoler sa peau en affichant un doux sourire. C'était toujours agréable, le matin. Jetant un coup d'oeil à son poignet cassé, Sarah se souvint de ce que Rutsuku lui avait demandé la veille. Elle allait devoir aller rendre une petite visite à madame Pomfresh si elle ne voulait pas passer trop aperçu en entrant en classe. D'ailleurs, quelle heure il était ?! Non, elle n'était pas en retard, il était encore bien tôt. Elle pouvait le deviner par la hauteur bien faible que le soleil avait prit depuis qu'elle était debout.

Dehors, le garde-chasse prenait soin de ses énormes choux dans son jardin.
Revenir en haut Aller en bas
http://requiem-of-fantasy.forumotion.com/forum.htm
Rutsuku Fushin
Diable du Carnage
5eme Année

Diable du Carnage  5eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 937
Age : 31
Localisation : Inconnu de la société mais que tout le monde a
Humeur : ...
Date d'inscription : 17/05/2008

Fiche Du Personnage
Race: Humoculus
Pouvoirs: Hacking de Cerveau
Biographie:

MessageSujet: Re: Salle sur Demande - Douce Nuit, Douce Pluie, Doux Refuge   Lun 4 Oct - 15:05

L'attitude de la Quatrième Année intriguait Rutsuku. Alors qu'il lui avait expliqué, en tout légitimité, ce que cela pouvait se produire si elle continuait à se faire martyriser de la sorte. Il savait très bien qu'elle avait comprit qu'il parlait parce qu'il avait subi cela... Parce qu'il était le seul, en ce lieu, qui pouvait la comprendre parfaitement... comprendre ce qu'elle ressentait, au fond de lui, et ce qui allait se produire si rien n'était résolu. La violence gratuite, ça existait en ce bas-monde ! Pourtant, en aucun cas il n'avait voulu hausser la voix. Cependant, c'était plus fort que lui... Son ton transportait très légèrement de la colère envers lui-même...

Virgile avait bien raison, bien que le clone le savait pertinemment... Oui, il n'avait pas encore surmonté cela et jamais il ne le pourra. Mais, au moins, il essayait plus que tout de ne plus y penser, et continuer d'avancer encore et encore... Simplement pour trouver un chemin de rédemption illusoire, en sachant pertinemment que, au grand jamais, il n'aurait de pardon pour son crime le plus atroce...
Surtout, il en était parfaitement conscient, contrairement à cet Aïon de merde...

Prévisible, aux yeux de Sarah, lorsqu'elle montra sa méconnaissance de l'Aikido... Il n'avait pas pu s'empêcher de soupirer légèrement. Oui, parce qu'il devait expliquer des choses, en prenant soin de ne pas perdre une nullité en combat comme l'était la Serdaigle... ou, du moins, quelqu'un qui refusait absolument de se battre pour se défendre. A croire que, niveau comportement, l'ancien mercenaire n'avait plus du tout de secret pour l'Albinos.

Heureusement que, lors de ses explication, il avait lancé sa petite pique. La réaction de cette princesse était assez amusante pour lui. Elle l'avait fusillé du regard précédemment, puis maintenant, c'était un regard désaprobateur. Hmph ! Elle ne saura, au grand, jamais que ses sarcasmes étaient moins désagréables que celles qu'il lançait habituellement aux autres.

Pourtant, lorsqu'elle prit la parole, avec ce ton désaprobateur ; et encore une leçon de morale à la noix puante de sentiments altruistes ; intérieurement, il était stupéfait. Qu'avait-il dit pour qu'il reçoive une de ces réprimandes ? Il n'avait pas dit une chose désagréable, mais elle avait du mal prendre quelque chose. Mais quoi ? Ca, c'était bien l'interrogation qui le hantait à ce moment précis. Et son pouvoir de Hacking ne fonctionnant pas sur l'Albinos... il resterait ignorant jusqu'à qu'elle daigne à lui expliquer...

Et sa prise de parole n'arrangea pas ce sentiment inconnu en lui. Réprimant un soupire, il reprit sa serviette, alors qu'elle s'était dirigée vers la fenêtre. Puis, il épongea ses cheveux.
Alors pourquoi quand il avait son parfum imprégné sur ce bout de tissu crême spongieux, il se sentait étrange... vraiment, tout ça, ça le dépassait...

Inconsciemment...
Il ouvrit la bouche...
Trois mots...
Cela l'avait tellement stupéfait, intérieurement, qu'il avait arrêté de frotter ses mèches brunes-vertes
Avant qu'il ne rajoute...

"C'est mon vrai nom..."

Pourquoi est-ce qu'il lui avait dit ça ? Franchement, il devenait de plus en plus débile quand il était avec elle... Rutsuku ne se reconnaissait vraiment plus du tout. Où était l'impitoyable chien de guerre, se fichant de tout et de tous, du temps qu'il avait la paix ? Vraiment, en révélant son vrai nom à cette albinos, il y avait une grande chance qu'elle le trahisse...

Alors pourquoi venait-il de le dire à l'instant... ? Le Serpentard ne le comprenait vraiment pas qu'il en grimaçait de colère derrière la serviette, sans fixer la Serdaigle...

"Un nom... que je ne pourrai au grand jamais révéler au monde..."

Abruti sans pareil...
Revenir en haut Aller en bas
http://novaslash.free.fr/sher/
Sarah Mikltov
Cendre de Lune
4eme Année

Cendre de Lune  4eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 192
Age : 26
Date d'inscription : 16/08/2008

Fiche Du Personnage
Race: Humaine.
Pouvoirs: Sixième sens surdéveloppé.
Biographie:

MessageSujet: Re: Salle sur Demande - Douce Nuit, Douce Pluie, Doux Refuge   Lun 4 Oct - 16:06

Sarah était probablement une sorte de mystère pour Rutsuku. Il ne pouvait pas lire en elle, ce qui faisait d'elle un livre fermé à ses yeux, contrairement aux autres personnes qui étaient pour lui des bouquins ouverts sous son nez, jour et nuit. Ce que ça devait être pénible ! Sarah ne pouvait évidemment pas s'imaginer ce que ça pouvait être puisqu'elle ignorait que Rutsuku était apte de faire ça, mais si seulement elle savait... sans doute ne serait-elle pas là entrain de l'enquiquiner avec ses petits secrets. Il ne pouvait pas fouiller dans sa tête, il ne devinait donc pas ce qui la tracassait, ni même pourquoi elle venait d'ainsi lui répondre. Mais elle acceptait volontiers d'être formé à cet art martial par cet ami, car oui même si ce n'était pas son point de vu à lui, Sarah le considérait comme un ami maintenant. Mais sans doute qu'elle n'oserait pas le lui dire avant de l'entendre de sa propre bouche. Elle conservait donc un silence obstiné tout en contemplant le décor extérieur de Poudlard, et les rayons du soleil cajolant le lac noir...

C'était une belle vision et Sarah se surprit à sourire en se disant qu'il devait être très tôt. Mais les couleurs du soleil étaient magnifiques. Elles planaient sur le lac noir et lui donnait un tout autre nom. Un lac coloré d'oranges et de rosés. La tête contre le bord de la fenêtre, Sarah somnolait un peu. Elle se disait qu'il serait cependant incorrect de s'endormir ici, puisqu'elle risquait d'être en retard à ses cours. Elle prit toutefois un moment pour contempler le paysage alors que le garde-chasse rentrait quelques choux bien entretenus dans sa petite cabane. C'est alors que dans le silence s'éleva la voix de son compagnon. Il ne prononça rien de plus que trois mots sans évocations pour Sarah.

Pourtant elle aurait juré déjà avoir entendu ça, ou lut ça quelque part. Elle se redressa du bord de la fenêtre et tourna la tête pour regarder Rutsuku, curieuse de comprendre pourquoi il venait de lui dire ça. Le Serpentard termina en disant que c'était son véritable nom. Surprise, Sarah ouvrit la bouche mais ne put rien dire, prise sur le vif par cette surprise soudaine. Il affirma aussi que c'était un nom qu'il ne devait pas dire aux autres, qu'il ne devait au grand jamais révéler. Mais alors une question persistait. Pourquoi lui avoir dit à elle alors ? Pourquoi lui avoir révéler ce terrible secret ? N'avait-il pas peur qu'elle aille le révéler à quelqu'un ? Non, de toute façon ce n'était pas du tout le genre de Sarah que d'avoir une aussi grande gueule. Elle s'approcha à petits pas de Rutsuku, ne sachant quoi dire et se contenta donc de demander doucement :

" Mais, pourquoi me l'avoir dit... alors ? "

Le savait-il seulement ? Sarah avait remarqué que ces temps-ci, il faisait beaucoup de choses que lui-même ne saisissait pas. Rutsuku ne la regardait pas, il semblait distant. Il avait peut-être honte d'avoir parlé ? En même temps, s'il avait inconsciemment partager cette information avec elle, peut-être avait-il honte maintenant, peut-être se sentait-il stupide. Sarah se doutait qu'il aurait peut-être peur qu'elle le divulgue à quelqu'un. Devant cette confiance inconsciente, l'albinos décida de lui promettre une chose importante.

Et peut-être que ça lui permettrait de se sentir mieux.

" Je ne le dirai à personne. C'est promit. "

Oh, il s'en foutait déjà sans doute, Sarah ne le connaissait que comme ça. Il s'en fichait royal maintenant non ! Mais elle voulait quand même lui promettre qu'elle n'irait pas le crier sur tous les toits. Elle comprenait l'importance de cette découverte et n'irait donc pas le partager avec quiconque, même si beaucoup de personnes voudrait très certainement le savoir eux aussi. D'aussi proche, Sarah pouvait deviner, rien qu'en regardant ses yeux verts, qu'il était furieux contre lui-même. Elle ne pouvait rien y faire. Se sentant encombrante, Sarah prit ses distances et se dirigea vers la table où elle avait laissé ses vêtements, soit sa robe blanche et sa robe de sorcière arborant le blason de Serdaigle, démontrant à quelle maison elle appartenait. Elle ne se changerait évidemment pas ici mais elle se préparait en localisant sa tenue. Sarah cueillit sa robe.

Elle marqua ce qui sembla être une pause pour un moment. Quelque chose la poussait à ressentir un manque. Elle avait l'impression de ne pas avoir dit ce qu'elle devait dire. D'avoir autre chose à dire sans nécessairement le trouver. Elle finit par trouver quelque chose au hasard et le dit accompagné d'un sourire assez doux, et reconnaissant également.

" J'apprendrai donc l'Aikido. Ça me semble idéal. "
Revenir en haut Aller en bas
http://requiem-of-fantasy.forumotion.com/forum.htm
Rutsuku Fushin
Diable du Carnage
5eme Année

Diable du Carnage  5eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 937
Age : 31
Localisation : Inconnu de la société mais que tout le monde a
Humeur : ...
Date d'inscription : 17/05/2008

Fiche Du Personnage
Race: Humoculus
Pouvoirs: Hacking de Cerveau
Biographie:

MessageSujet: Re: Salle sur Demande - Douce Nuit, Douce Pluie, Doux Refuge   Lun 4 Oct - 17:43

Rutsuku était en train de se maudire intérieurement, tellement qu'il était idiot. Pourquoi avoir révélé son vrai nom à Sarah ? Pourquoi à elle d'ailleurs ? Pourtant, d'autres personnes le connaissait un peu mieux qu'elle, ne serait-ce que Wotan... Mais, au grand jamais, le Serpentard ne lui avait dit ce fait. Alors, pourquoi lui avoir dit ça ? Pourquoi lui avoir donné une information qui avait toutes les chances de l'emmerder le plus possible ? Il tenait grandement à sa tranquilité et avoir, à chaque pas, une foule qui se prosternait à ses pieds était des plus énervants et infligeants pour lui.

S'il était vraiment seul dans cette pièce, il se serait cogné fortement la tête à plusieurs reprises, pour se persuader que ce qu'il venait de dire n'était qu'un mauvais rêve. Ou, comme pour les elfes de maison, pour s'infliger cette punition qu'il méritait amplement à ce moment précis. Caradoc avait tout fait pour que son vrai nom demeure inconnu de tous, même à Wotan... Et voilà que l'ancien mercenaire avait trahi cette promesse solennelle...

Idiot sans pareil ! Vraiment, il méritait rien de plus que les pires tortures qu'il fusse...

Et le plus drôle, dans tout cela, fut quand elle lui demanda pourquoi elle. Pourquoi avoir dit à elle son vrai nom ? Mais il n'en savait rien pourquoi il l'avait dit ! Vraiment, son corps faisait n'importe quoi quand il était avec elle. N'avait-elle pas encore saisi ce fait ? Pourtant, Sarah pouvait se vanter de le connaître un peu mieux que les autres. Mais, si c'était le cas, c'était parce qu'elle ne l'avait pas jugé au début... Elle n'avait pas non plus chercher absolument les réponses à ses mystères qu'il voulait garder entier. C'était comme avec les Dearborns...

Elle l'avait accepté, tel qu'il était, sans se poser de questions..
Peut-être que c'était pour cela qu'il l'avait dit... Que, malgré tout, au fond de lui... Il cherchait quelqu'un en qui il pouvait faire confiance... Non pas pour se confier, ni même pour se reposer... mais simplement pour vraiment connaître, de nouveau, ce que voulait dire ce mot, malgré toutes les craintes qu'il avait.

"Je ne le dirai à personne. C'est promit."

Pouvait-elle savoir à quel point cette affirmation le rassura, bien malgré lui ? Non, elle ne pourrait jamais. Il était hors de question qu'il montre un quelconque attachement à cette gamine. Pourtant, malgré sa volonté, le Diable du Carnage avait pertinemment que, au fond de lui, il recherchait sa compagnie... la compagnie de la Serdaigle.
Parce que, pour la première fois, il ne pouvait pas lire en quelqu'un... Parce qu'en plus, cette personne ne le jugeait pas et n'essayait pas de connaître tout sur lui. Parce que Sarah ignorait comment il s'appelait, quel nom il avait prit à Poudlard, et n'avait pas cherché à savoir qui il était. Parce qu'elle s'était forgé une opinion sur lui, en ignorant clairement les rumeurs et les avertissements...

C'était en se répétant cela interieurement que l'ancien mercenaire parvint à se calmer peu à peu. Il avait sa promesse, de toute manière... Sarah lui avait promi qu'elle ne le dirai à personne... Puis, elle avait un très fort bouclier mental, pour qu'il ne puisse pas lire en elle, mais aussi ressentir ses émotions et ses sentiments.
Intérieurement, il voulait avoir confiance en elle...

"J'apprendrai donc l'Aikido. Ça me semble idéal."

Au moins, c'était une bonne chose. Ca lui permettrait justement de moins intervenir pour la protéger, en cas de besoin. Puis, comme il l'avait dit... Rutsuku ne serait pas toujours là pour elle. Sans compter que cela ne succiterait pas l'attention de toute l'école si il se chargeait de corriger ces trois-là publiquement. Ca ne serait qu'une forme de self-défense de la part de l'Albinos, et pour qu'elle puisse s'affirmer davantage.

Il n'y avait qu'ainsi qu'elle pourrait s'en sortir définitivement. Par ses propres efforts...
Et le Serpentard l'aidera, à sa manière...

Par contre, le clone remarqua qu'elle prenait ses vêtements de la veille, tâchés et souillés, pour aller se rhabiller. Il ne put s'empêcher de lui dire :

"Tu veux vraiment remettre ces vêtements sales qui te donnent l'air d'une serpillère usagée depuis des années ?"

Après tout, il ne les avait pas du tout lavés. Ces vêtements gardaient encore cet aspect boueux et avec quelques gouttes de sang venant de sa joue. Si elle les mettait, elle allait attirer l'attention des autres. Il y aurait de grandes chances que ceux qui puaient la violence gratuite, voyant son aspect miteux, la prenne pour cible afin de satisfaire leurs pulsions sadiques.

Réprimant un soupire, il se redressa du lit et se dirigea vers la commode. Il y avait bien une dizaine de robes là-dedans, si sa mémoire était bonne... Sarah n'avait qu'à en choisir une et c'était bon. Il n'allait quand même pas choisir pour elle. Elle était en Quatrième Année, et même si elle ressemblait à une gamine chiante, pas question qu'il lui impose une tenue.

Elle avait bien le droit à la liberté de penser et de décider, tout de même.
Revenir en haut Aller en bas
http://novaslash.free.fr/sher/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Salle sur Demande - Douce Nuit, Douce Pluie, Doux Refuge   

Revenir en haut Aller en bas
 
Salle sur Demande - Douce Nuit, Douce Pluie, Doux Refuge
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ex Libris Umbra : le RPG dessous l'histoire de Harry Potter :: Poudlard :: Salle sur Demande-
Sauter vers: